Une nouvelle présidente à Médecins francophones du Canada

Claudine Auger, journaliste
3 décembre 2020

Dre Hélène Boyer, femme engagée

Elle a amorcé sa carrière en recherche avant de se consacrer pleinement à la médecine de famille, au sein du Groupe de médecine familiale Saint-Louis-du-Parc, où elle œuvre depuis 25 ans. Et le long de ce parcours, ce qui anime encore et toujours la flamme de Dre Hélène Boyer, ce sont les humains et ce désir de s’engager afin de participer à construire sa société. Rencontre avec la nouvelle présidente de Médecins francophones du Canada.

Le français qui unit une communauté

C’est dès ses études en médecine que la jeune Hélène Boyer rencontre Médecins francophones du Canada. « Mon père, qui était lui-même médecin, m’a dit : ‘tu vas devenir membre toi aussi!’ », se souvient-elle. « Pour lui, la défense du français était une valeur forte. Tous ses livres de médecine étaient en anglais et il m’a souvent rappelé le défi de la pratique en français à la suite de lectures et de références uniquement en anglais, car il faut réapprendre tout un vocabulaire. » Pour la nouvelle présidente de l’organisation plus que centenaire, le soutien et la promotion du français en médecine est toujours aussi pertinent en 2020. « L’âme de Médecins francophones du Canada, c’est le français! »

Une âme dont on doit prendre soin et qui doit être incarnée pour demeurer vivante. Devant ce mandat de deux ans qu’elle amorce avec enthousiasme, Dre Hélène Boyer désire certes poursuivre sur la lancée de sa collègue, présidente sortante, Dre Diane Poirier, et solidifier les nombreux projets qui ont le vent dans les voiles. Mais elle a aussi l’ambition de donner un nouveau souffle à la communauté de membres de l’association. « Ce sera probablement mon plus grand défi devant un membrariat qui ne cesse de diminuer, malgré que nos formations attirent de plus en plus de gens. Il semble que les médecins ne se sentent plus appelés vers une communauté de pratique, qu’ils ne voient pas l’intérêt de payer pour être membre. Pourtant, faire partie d’une communauté médicale francophone, partager avec ses collègues, se regrouper et agir, c’est à mon avis une extraordinaire manière d’être branché sur une médecine actuelle », plaide la présidente de Médecins francophones du Canada. Elle a d’ailleurs bien l’intention d’interpeller la francophonie entière, rien de moins. Pas question de se confiner exclusivement au Canada!

Une organisation engagée et en mouvement

Ici encore influencée par l’héritage familial – son père était un homme actif dans sa communauté et son oncle, le Dr André Boyer, a été en son temps président de Médecins francophones du Canada, Dre Hélène Boyer voit l’engagement social comme une manière active et positive de transformer sa société. Ainsi, responsable de son équipe de collègues au Groupe de médecine familiale Saint-Louis-du-Parc, elle a participé à l’évolution de son milieu. Dans cette même lignée, elle souhaite une association engagée, tout autant auprès de différentes causes sociales qu’auprès d’enjeux majeurs où elle sent l’urgence d’agir, notamment en environnement.

Tout comme sa prédécesseure, la nouvelle présidente de Médecins francophones du Canada voit en l’innovation une manière de faire sa marque, d’enraciner la pérennité de l’association grâce à sa capacité d’adaptation et en démontrant une grande vitalité. « En temps de pandémie, virtualiser le congrès annuel a été un énorme défi… que nous avons relevé avec brio! Quand on pense que même les professionnels de ce type d’événements n’avaient jamais réalisé un si gros projet de conférences simultanées, nous pouvons être fiers », lance la docteure Hélène Boyer. « C’est vrai, de l’intérieur, nous avons vécu quelques soucis techniques, mais le virtuel nous a permis de rejoindre des médecins partout au Canada qui peut-être, n’auraient pu assister à cette formation de grande qualité. Éventuellement, probablement que le présentiel et le virtuel se côtoieront, c’est une belle manière d’élargir notre clientèle. »

Dans cette philosophie d’innovation et d’écoute, l’association devance même les besoins des professionnels de la santé à qui elle s’adresse. « Nous avons plusieurs projets sur la table, dont deux formations qui ont débuté en septembre, L’essentiel du MBA et le coaching, qui s’adressent aux médecins intéressés par la gestion. »

Entre l’art et l’exercice

Si son enthousiasme semble embrasser tout ce qu’elle porte, une lueur particulière s’allume dans le regard de Dre Boyer lorsqu’elle évoque les « prescriptions muséales », qui grâce à un partenariat avec le Musée des Beaux-Arts de Montréal, offre aux médecins une manière originale de soigner l’âme de leurs patients. « Nous avons eu un beau succès avec les prescriptions muséales et malgré la pandémie, le projet continuera, sous une autre forme », explique la présidente de Médecins francophones du Canada. « Les visites virtuelles s’adapteront afin de répondre aux besoins ciblés des patients… et des médecins! Parce qu’ils peuvent bénéficier de l’art thérapie, eux aussi », affirme-t-elle, ajoutant que l’association a à cœur depuis longtemps le bien-être des médecins.

Elle-même se ressource par les arts, notamment par la musique classique, véritable passion. « Ça fait partie de mon équilibre. C’est source de calme, d’énergie apaisante. Je suis une grande admiratrice du chef Yannick Nézet-Séguin et de l’Orchestre Métropolitain. »

Et parce qu’Hélène Boyer nourrit l’équilibre, elle tient à incarner ce qu’elle prêche en tant que médecin : l’exercice. « Ça fait aussi partie de l’offre de Médecins francophones du Canada, grâce aux Jeux mondiaux de la médecine et de la santé, qui en seront à leur 41e édition l’été prochain. C’est une formidable expérience, faire équipe entre nous pour se détendre, faire du sport et profiter d’une de nos formations. » À vos marques, prêts, partez!