Dr Denis Fortier

« Être médecin par passion, ça veut dire qu’on ne pourrait pas se voir faire autre chose que la médecine. C’est une vocation. C’est se réveiller chaque jour et être heureux d’aller travailler », lance d’entrée de jeu le Dr Denis Fortier, médecin de famille à Notre-Dame-de-Lourdes, au Manitoba. Membre de Médecins francophones depuis une dizaine d’années, le Manitobain apprécie le sentiment d’appartenance à une communauté francophone élargie : « Au Manitoba, en plus d’être peu nombreux comme médecins francophones, nous sommes éparpillés sur le territoire, rendant la tâche difficile pour nous regrouper ». Pouvoir compter sur un organisme rassembleur décuple les forces de réseautage et facilite l’échange : « Je participe dès que c’est possible aux activités de l’association, tant pour la qualité de la formation en français que pour le partage avec des collègues de partout. J’aime entendre leur réalité de pratique, discuter de nos différentes problématiques et de solutions que l’on peut adapter à notre réalité. » En outre, le Dr Fortier souligne l’importance de rester en contact avec la terminologie médicale en français, lui qui confie évoluer avec un français local et des « tournures de phrases » parfois en marge des termes adéquats. Lui-même ayant dû étudier en anglais pour obtenir son diplôme en médecine, Denis Fortier a décidé d’installer sa pratique dans une petite communauté francophone afin de continuer à défendre sa langue d’origine. « Nous sommes anglicisés, mais nous devons poursuivre la bataille de nos parents, et de nos grands-parents, afin de protéger notre identité. Je ne pouvais pas concevoir être la génération qui lâcherait le français! », confie-t-il avec émotion. Originaire de Winnipeg, le Dr Fortier a également opté pour une médecine rurale, une décision consciente et réfléchie : « Pour moi, la médecine de famille est facilitée par l’appartenance à une communauté tissée serrée, ne serait-ce que pour déterminer l’état d’un patient. Par exemple, un homme ayant frappé un train dans un accident a été mené à l’urgence où une collègue a pris sa tension artérielle, qui était normale. Connaissant le patient, et sachant que justement, sa tension n’était jamais normale, j’ai vivement réagi. Il fallait le mettre sous intraveineuse… en effet, sa rate était endommagée et il avait perdu deux litres de sang! » Denis Fortier explique être devenu médecin par désir d’aider, et à cause d’un besoin viscéral d’être au service de sa communauté. Un sentiment ancré dans les valeurs familiales, et cultivé, entre autres, chez les scouts. En 2010, le Dr Fortier a reçu le Margaret-Teresa-McDonnell Award, un prix remis à un professionnel de la santé s’étant démarqué pour son engagement dans la défense du français. « En tant que minorité, il faut se défendre, et il y a tant à faire! J’aime ma communauté, et je veux qu’elle s’épanouisse. Nous avons bâti une clinique francophone dans notre village afin de nous assurer d’une offre bilingue active. Pour qu’un francophone se sente entièrement à l’aise de demander des soins en français. » Le Dr Denis Fortier est également récipiendaire du Prix des Médecins de cœur et d’action.