Recherche

Capsule scientifique tirée de la conférence de Dre Valérie Huynh-Trudeau au Congrès annuel 2018

J’ai le foie malade (partie 2)

par Claudine Auger

Étroitement associée au syndrome métabolique, la stéatose métabolique est un problème en croissance qui touche une proportion importante de la population. Gastroentérologue à l’Hôpital Charles-Lemoyne, la Dre Valérie Huynh-Trudeau présente cette pathologie associée à des complications cardiovasculaires et néoplasiques pouvant causer des ravages. Elle conclut sur l’importance de saines habitudes de vie, alors qu’une perte de poids de 10% est clé du succès dans l’approche thérapeutique. Deuxième article d’une série de deux.

Rappel

La stéatose hépatique (SH), couramment désignée par NAFLD (Non Alcoolic Fatty Liver Disease) ou maladie du foie gras non alcoolique, s’explique par une complication de l’insulinorésistance et de l’inflammation métabolique. Maladie complexe, elle se caractérise par une surcharge en graisses au foie, sans rapport avec une infection ou une prise d’alcool et est associée au syndrome métabolique. La stéatohépatique métabolique ou NASH (Non Alcoolic Steato Hepatisis) est la forme la plus grave de la SH.

Dans la démarche d’évaluation initiale de la NAFLD, le médecin cherchera deux signes lors de l’examen physique : les symptômes d’un surpoids et les signes de cirrhose.