Recherche

Invitation d’un médecin de famille à un étudiant en médecine

L’expérience de Matthieu Fortin

par Claudine Auger

Le rôle des déterminants sociaux

Au printemps dernier, Matthieu Fortin, étudiant en 2e année de médecine à l’Université de Montréal, a retrouvé Dr Gilles Julien à sa clinique de l’avenue Bennett du quartier Hochelaga-Maisonneuve, afin de l’accompagner dans ses activités médicales, occasion rendue possible par un jumelage offert par Médecins francophones du Canada lors du Symposium étudiant de médecine. « J’habite moi-même ce quartier, je suis très sensible aux déterminants sociaux de la santé, tout ce qui fait qu’on est plus ou moins susceptible d’être en santé. C’est un sujet dont on discute dans les salles de cours et je m’interroge souvent sur ce qu’on peut faire », confie l’étudiant, qui voyait en cette rencontre avec le célèbre pédiatre social une occasion d’explorer concrètement les moyens utilisés par ce dernier dans le soutien d’une clientèle défavorisée.

La demi-journée de clinique en compagnie du Dr Julien et de son équipe aura permis la rencontre de cinq patients et de leur famille. « Le rythme était soutenu et le suivi, étroit. J’étais impressionné de voir à l’œuvre toute l’équipe de Dr Julien autour d’une même table avec le patient et ses parents, ainsi que les intervenants extérieurs », relate Matthieu Fortin. « La clientèle particulière du Dr Julien vit dans des conditions difficiles : drogue, peu d’éducation et ressources minimales. On les constate facilement, les effets des déterminants sociaux ! Ici, les enfants ne mangent pas de céréale bio le matin... Quant à ceux qui, par exemple, vivent avec un TDAH ou un autre trouble, ils ne bénéficient pas de l’encadrement nécessaire. » Volubile, Matthieu Fortin a, à l’évidence, été marqué par l’objectif de l’entrevue médicale dirigée par le pédiatre social : graviter autour de l’enfant afin de déployer la synergie nécessaire à son épanouissement.

« Quel homme impressionnant, entièrement voué à sa cause qu’il a menée longtemps en marge, seul, sans autre ressource que ses convictions et son amour des enfants ! » Enthousiaste, l’étudiant en médecine est revenu de cette rencontre avec le désir de réaliser un stage d’externat auprès du pédiatre. « C’était une expérience inoubliable et inspirante, une leçon d’humanité », poursuit-il, reconnaissant de cette occasion d’observer les possibilités de cette pratique bienveillante et efficace.

L’impact de la musique

Avant d’être accepté en médecine, Matthieu Fortin, jeune trentenaire, a mené avec brio une carrière de pianiste international. Bon élève et musicien dans l’âme, le désir de la médecine était présent depuis l’adolescence. « Mais mon parcours en musique a été rapide, accéléré, s’enchaînant sans que je ne me pose de questions. Je me disais que je pourrais venir à la médecine plus tard », confie-t-il. Devant ce trajet qui peut sembler marginal, l’étudiant en médecine met en lumière les similitudes entre les exigences de la médecine et celle de la musique, notamment la discipline et le sens de l’organisation. « Combiner ces deux disciplines est plus fréquent qu’on le pense. Je connais plusieurs médecins qui ont un parcours avancé en musique ! »

Quant à lui, la musique fera certainement toujours partie intégrante de sa vie, sous une forme ou une autre. Les hasards aiment à le lui rappeler. « Imaginez ! J’habite à côté du Garage à musique du Dr Julien ! Ça me donne vraiment le goût de m’engager », ajoute Matthieu Fortin, témoignant de l’impact de la musique sur la santé. Il l’a plus d’une fois constaté par lui-même alors qu’il était engagé dans la Société pour les arts en milieux de santé, donnant des concerts, par exemple, à des personnes atteintes d’Alzheimer. « Les premiers concerts sont toujours bouleversants, les émotions sont fortes. La musique produit réellement un impact positif. Je ne suis pas encore assez avancé en médecine pour savoir comment je vais intégrer ça sur ma route, mais j’ai des idées. Il y a quelque chose à faire », conclut Matthieu Fortin, qui en attendant, partira bientôt pour un stage en médecine au Bénin, question de sortir de sa zone de confort.