Recherche

Jumelage de Camille Gélinas avec la Dre Johanne Blais

par Claudine Auger

Comprendre l’humain, l’ultime quête

En septembre dernier, Camille Gélinas, étudiante de 3e année en médecine à l’Université Laval, a retrouvé Dre Johanne Blais pour la suivre dans le quotidien de sa pratique, occasion offerte par un stage offert par Médecins francophones du Canada dans le cadre du Symposium étudiant de médecine. Comblée par l’expérience et par sa rencontre avec l’omnipraticienne, également communicatrice médicale, la jeune femme confie sa reconnaissance d’avoir été accueillie avec une telle ouverture : « De par mon expérience dans d’autres stages, beaucoup plus impersonnels, c’est rare qu’on laisse autant de place aux étudiants pour découvrir concrètement la pratique ! Dre Blais est facile d’accès et a une grande complicité avec son équipe de travail. »

Ayant grandi auprès de parents psychologues, Camille Gélinas aime à explorer les méandres des profondeurs humaines. « J’ai un grand besoin de comprendre l’humain. J’en suis venue à la médecine parce que j’avais envie de travailler avec les gens tout en comblant mon pour intérêt pour les sciences », confie la jeune femme dont le penchant pour la médecine familiale a été solidifié lors de sa journée de stage avec Dre Blais et son équipe. L’étudiante a pu, en effet, profiter de plusieurs rencontres avec des patients, observer et participer aux échanges et aux examens. Elle raconte, notamment, avoir été touchée par ces jeunes parents, venus pour une échographie et bouleversés d’entendre pour la première fois battre le cœur de leur bébé. Un penchant pour l’obstétrique, Dre Gélinas ? « Je suis fascinée par le développement, mais pas par les accouchements », avoue-t-elle en riant, « peut-être si, un jour, j’accouche moi-même ! » 

En fait, l’étudiante en médecine est plutôt interpellée par la clientèle âgée. « Tous mes emplois antérieurs ont été liés à l’animation, en camp de jour avec des enfants, en centre d’hébergement ou auprès de personnes handicapées. » Toujours en quête de créer un lien avec l’humain, d’être avec des gens, Camille Gélinas a été en contact avec diverses clientèles, mais a eu un coup de cœur pour le troisième âge. « Je me sens à l’aise avec eux, le contact se fait bien », confirme-t-elle. Membre active d’une chorale, la jeune femme apprécie particulièrement la période des Fêtes pour la tournée des centres de personnes âgées, où elle a l’occasion de chanter les classiques qui ravivent les souvenirs heureux de cette clientèle.

Penchant pour la médecine familiale

C’est certainement la relation entre Dre Blais et ses patients qui aura marqué l’observatrice d’un jour. Entre surprise, fascination et admiration, Camille Gélinas retient que la santé du patient bénéficie d’une compréhension soutenue par une relation de confiance entre le médecin et son patient. « Dre Blais est une vraie médecin de famille, en ce sens où elle fait partie de la famille ! Nous avons rencontré un couple, elle suit les deux conjoints qui viennent parfois ensemble. En accompagnant des couples, des familles, elle peut mieux cerner le milieu psychosocial, obtenir de l’information indirecte qui a un impact sur la santé. C’est étonnant, parce que je croyais que ce type de pratique était principalement possible dans les petites villes. C’est une dynamique de collaboration, une proximité avec le patient qui m’a vraiment donné le goût de la médecine familiale. C’est une pratique qui nourrit », s’exclame avec enthousiasme l’étudiante, qui désire notamment intégrer les visites à domicile dans sa future pratique.

Camille Gélinas a en outre observé le rythme de la pratique de Dre Blais : « Pour être ponctuelle dans ses rencontres, elle se donne plus de temps, le temps qu’il faut avec chaque patient. Des rencontres un peu plus longues, c’est vrai, mais à long terme, c’est rentable : une meilleure qualité de soins, et moins de stress pour tout le monde. J’ai été agréablement surprise par cette manière de pratiquer la médecine familiale », conclut la jeune femme, reconnaissante à Médecins francophones du Canada de favoriser ce type d’échange et de valoriser le réseautage entre professionnels de la santé.