Recherche

L'invitation du Dr Gilles Julien à une étudiante en médecine

L'expérience de Hélène Babakissa

par Claudine Auger

Autour de la table de cuisine

Un jeudi de mars, Hélène Babakissa, jeune étudiante en année préparatoire au doctorat en médecine de l’Université de Montréal, s’est rendue au Centre de services préventifs à l’enfance (CSPE), dans le secteur nord-ouest de Côte-des-Neiges. Là l’attendait le Dr Gilles Julien pour une journée de jumelage offerte par Médecins francophones du Canada et gagnée par cette dernière lors du Symposium étudiant de médecine.


 Hélène Babakissa avec le Dr Gilles Julien

« J’étais heureuse d’avoir l’occasion de visiter ce lieu, beaucoup moins connu que le centre d’Hochelaga et où la population, largement immigrante, ne parle pas nécessairement français », explique l’étudiante. « Le travail du Dr Julien m’a paru encore plus impressionnant que j’imaginais! Malgré les adaptations nécessaires à la communication – entre autres, ce jour-là, il y avait un interprète perse, le Dr Julien réussissait à établir contact, à tisser des liens avec les petits patients et leur famille, à les convaincre de prendre des décisions dans une approche globale », poursuit Mme Babakissa, visiblement impressionnée par le célèbre pédiatre social.

Au départ quelque peu intimidée par le personnage, vite gagnée par son accueil chaleureux, la jeune femme raconte avoir été grandement stimulée par ses échanges avec le Dr Julien et son équipe. Car c’est réellement grâce à ce sentiment d’équipe, où chacun travaille sur le même pied d’égalité, que l’enfant peut profiter du meilleur de chacun des intervenants réunis dans une salle de consultation conçue pour recréer le milieu de l’enfant.

« Psychologue, travailleur social, éducateur, représentant de la DPJ, tout le monde se rassemble autour de la table de cuisine avec le Dr Julien, l’enfant et ses parents. Une approche très familiale! J’ai fait des stages en pédiatrie conventionnelle, ce n’est pas du tout la même chose », s’exclame Hélène Babakissa.

 

Saisir toute la réalité de l’enfant

Curieuse de comprendre concrètement le travail de pédiatrie sociale, l’étudiante en médecine a observé avec fascination la capacité du pédiatre à établir un lien de confiance avec l’enfant et sa famille : « Je n’ai vu aucun pleur de la part des enfants, qui en général, ne sont pas nécessairement à l’aise devant le médecin en blouse blanche. Les enfants, souriants, laissaient le Dr Julien les questionner avec naturel. » Selon Hélène Babakissa, la place donnée aux enfants dans la clinique favorise certainement la confiance des parents.

Quant au Dr Julien, son intuition, son souci du détail, sa passion, lui permettent de trouver les bonnes observations : « Aucune question n’est perdue ou inutile, l'échange permet de comprendre l’enfant, sa famille, et le contexte dans lequel ils évoluent », conclut la jeune femme.

Elle illustre son propos par cette anecdote qui l'a marquée : « Une mère, parlant au pédiatre à travers son interprète, ne voulait absolument pas envoyer son garçon à la maternelle. À force de patience et d’écoute, le Dr Julien a su la convaincre que l’enfant en bénéficierait, mettant à sa disposition le travailleur social pour la soutenir dans cette démarche stressante. Il lui a donné confiance. Les gens ne se sentent pas piégés par le Dr Julien, ils se sentent écoutés et, ensemble, ils trouvent une solution. »

Ne pas perdre de vue ses idéaux

L’ouverture sociale et l’humanisme d’Hélène Babakissa l’ont menée à s’engager socialement, entre autres, auprès des autochtones et de certaines populations démunies. En 2011, alors participante à un voyage humanitaire à Philippolis, en Afrique du Sud, elle a réalisé l’ampleur des enjeux médicaux dans certains contextes difficiles, et  a décidé de s’orienter en médecine. « Je suis entrée en médecine avec de grands idéaux. Malheureusement, on se rend vite compte que tous ne partagent pas cette vision, qu’ils nuancent à coup d’arguments de performance ou de rentabilité. Toutefois, certaines rencontres, dont celle avec le Dr Julien, m’inspirent et me redonnent espoir! »