Recherche

Deuxième Gala-bénéfice de l'association

Les ramifications d’une mission sociale

par Claudine Auger
Bulletin, janvier-février 2010

Le jeudi 29 octobre dernier, Médecins francophones du Canada accueillait ses invités, dont le ministre de la Santé et des Services sociaux, le Dr Yves Bolduc, pour la deuxième édition de son gala-bénéfice au profit de la Fondation du Dr Julien. L’ambiance était à la fête lors de cette soirée inspirée par le don, le partage et l’engagement social.

Fidèle à la pédiatrie sociale

En 2008, l’association prenait un tournant significatif en se donnant le mandat de contribuer à la résolution de problèmes sociaux. Elle s’associait alors à la cause de la pédiatrie sociale en communauté, développée par le Dr Gilles Julien. Comme le rappelait le Dr Jean-Marie Martel, président sortant et initiateur de cette belle aventure, « trois années de persévérance et de collaboration fructueuse auront permis d’aboutir à un résultat concret que nous pouvons célébrer avec fierté; un mouvement initialement modeste, porté par des idéaux et la foi de quelques individus, dont l’effet d’entraînement est un véritable témoignage d’espoir et de confiance. »

Ce premier mandat social de Médecins francophones du Canada, établi selon un partenariat qui privilégie un modèle d’investisseur social, est ambitieux : intervenir et influencer le parcours de formation des pédiatres, des médecins de famille et des autres intervenants auprès des enfants, basé sur l’approche prônée par le Dr Julien, soit une pratique de santé globale interprofessionnelle axée sur la mise en œuvre de la Convention relative aux droits de l’enfant.

Une première étape a été franchie, puisque depuis peu, Médecins francophones du Canada est membre du réseau de formation de la pédiatrie sociale. Comme l’expliquait le Dr Martel lors de cette soirée, un comité de formation a désormais la tâche de développer une stratégie de formation professionnelle continue (FPC) qui endosse l’approche de la pédiatrie sociale et définit clairement les compétences, les valeurs et les comportements attendus pour exercer dans cette discipline spécifique. En outre, ce comité a élaboré des objectifs pédagogiques pertinents et il s’occupera de la mise en réseau des intervenants attachés aux centres de pédiatrie sociale pour les échanges de bonnes pratiques.

Quant au Dr Julien, dont le témoignage était aussi touchant que l’homme et son œuvre, il a remercié l'association pour cette collaboration, la qualifiant d’immense privilège. Se souvenant de ces longues années de pratique en marge des institutions, poussé par son désir d’une pratique différente, cet engagement lui démontre que la médecine, au bout du compte, ne l’a jamais abandonné. Il a également remercié l'association de lui avoir attribué cette reconnaissance, offerte par le biais du Prix des médecins de cœur et d’action, dont il a déjà été lauréat, observant que chacun d’entre eux semble toujours se questionner sur le fait qu’il ait été choisi pour recevoir ce prix unique. « On se demande pourquoi on le reçoit, parce qu’on adore ce que l’on fait et notre dévouement va de soi, simplement! Mais ce prix engendre toutefois une puissante motivation, et même une inspiration réelle pour la relève! Je suis fier d’appartenir à votre monde dont je pensais jadis être exclu! » a conclu avec émotion le fondateur de la pédiatrie sociale.

Les profits du gala-bénéfice seront remis à la Fondation du Dr Julien.

Nouveau volet à l’engagement social de Médecins francophones du Canada

Devant l’accueil favorable et le soutien des membres dans le développement d’une mission sociale, Médecins francophones du Canada lançait, en ce soir du gala-bénéfice, un projet santé et environnement. Dans la foulée des engagements qu’a adoptés l’association lors de sa réorientation stratégique, les membres verront peu à peu leur association s’impliquer activement dans une série de causes sociales. La santé et l’environnement a été choisie comme deuxième cause puisque les questions d’environnement affectent directement la santé individuelle et celle de la population.

Le Dr Conrad L. Pelletier, alors vice-président de l'association, a expliqué lors de sa présentation du projet, que les médecins, en tant que citoyens et grâce à la crédibilité dont ils jouissent, peuvent influencer leur communauté par leurs actions. L’objectif n’en est pas un de lobbying, mais bien d’implication concrétisée par « des projets pratiques, précis, réalistes et réalisables », comme l’a décrit le Dr Pelletier, ajoutant que « les médecins, avec leur crédibilité et leur approche scientifique, peuvent travailler à l’émergence de projets bénéfiques pour sensibiliser le public à l’importance des bienfaits de la biodiversité. En raison de la nature de leur profession, les médecins et Médecins francophones du Canada sont en lien avec les organisations du réseau de la santé, les décideurs, les autres professionnels de la santé, les patients, le public et les communautés. »

Le premier geste officiel du volet santé et environnement a été la participation de Médecins francophones du Canada à la Journée de l’arbre, le 24 septembre dernier à la Cité-de-la-Santé de Laval. Cette initiative du Dr François Reeves, cardiologue et membre du groupe de travail sur les problématiques environnementales en santé de l'association, vise à reverdir le site et à sensibiliser le personnel à l’importance de protéger notre capital vert. Dans un article récent, le Dr Reeves rappelait que les problématiques en santé reliées à la pollution ne datent pas d’hier, qu’elles sont bien réelles et que les environnements verdoyants paraissent cardioprotecteurs, particulièrement lorsqu’ils sont situés à l’intérieur de notre urbanité. L’an dernier, lors de la première édition de la Journée de l’arbre, 150 arbres ont été plantés avec la collaboration de la ville de Laval et la participation d’horticulteurs.

Selon le Dr Pelletier, ce genre de projet correspond à l’implication que recherche Médecins francophones du Canada: « Nous aimerions devenir un agent catalyseur de ce type d’activités, efficaces et bien délimitées dans le temps. » Heureux des résultats obtenus lors de la Journée de l’arbre, le vice-président de l'association confiait ce que représente un arbre pour lui : « Un arbre a quelque chose de particulier : il s’inscrit dans le temps, il dure. On s’attache à un arbre. À chaque maison que j’ai habitée, j’ai toujours planté des arbres et aujourd’hui, je sensibilise mes petits-enfants. Ensemble, nous nous promenons d’arbre en arbre et je leur apprends les noms de chacun. » Quant à Médecins francophones du Canada, tout aussi inspirée par les arbres, elle offrait à chacun de ses invités un cèdre à planter, artistiquement disposé au centre des tables. Heureux d’unir leurs gestes, les invités sont repartis avec leur délicate petite boîte sous le bras.

Valoriser la promotion du français

Ce n’est pas parce qu’elle développe de nouveaux créneaux que Médecins francophones du Canada a pour autant perdu de vue ses racines, la promotion de la langue française. En 2009, lors de son gala-bénéfice, l’association inaugurait un nouveau prix : le Prix de l’ambassadeur du français en médecine Jacques-Boulay.

Né à Québec le 22 janvier 1928, le Dr Jacques Boulay a obtenu son doctorat en médecine en 1954, à l’Université Laval. Parallèlement à sa carrière d’hémato-oncologue à l’Hôpital Saint-François d’Assise de Québec, le Dr Boulay, passionné par les langues, a œuvré durant de nombreuses années à titre de traducteur officiel de l’anglais au français, afin de rendre accessible aux étudiants francophones les questions des examens du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Au fil des années et de ses contributions, se développe sa réputation d’ambassadeur de la qualité du français médical. Parmi ses nombreuses activités en rapport au français, il siégera au conseil d’administration de l’Office québécois de la langue française et participera durant de nombreuses années au Conseil international de la langue française. Il recevra de nombreux prix, dont la Médaille Michel-Delphis-Brochu de l'association, en 2002, pour sa contribution exceptionnelle à l’amélioration du français en médecine. Décédé en 2008, cet apôtre et propagandiste de l’amélioration de la qualité du français en médecine ne pouvait être meilleur mentor pour ce nouveau prix.

C’est au Dr Michel Bergeron que Médecins francophones du Canada a remis le premier Prix de l’ambassadeur du français en médecine Jacques-Boulay. Depuis plus de 40 ans, le Dr Bergeron mène une carrière impressionnante de professeur et de chercheur à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Spécialiste en néphrologie, il s’est imposé comme pilier du département de physiologie, qu’il a joint dès 1967, où il est professeur titulaire depuis 1975. Auteur d’importantes découvertes scientifiques, la préoccupation du Dr Bergeron, toujours vive, demeure l’accès à la science. Selon ses dires « c’est le devoir du chercheur de transmettre de façon accessible – et dans leur langue – les résultats de ses travaux à ses étudiants et aux praticiens de la science. C’est la plus belle façon de faire en sorte que les résultats de la recherche servent au bien-être de ses concitoyens. »

Des médecins passionnés et engagés

Fidèle à la tradition de cette reconnaissance inspirante, Médecins francophones du Canada, conjointement avec L’actualité médicale, a profité du gala-bénéfice pour remettre les Prix des médecins de cœur et d’action aux médecins qui se distinguent par une pratique humaine et un dévouement à toute épreuve. Félicitations aux lauréats. Unanimes quant à la passion qui entretient leur engagement, les lauréats évoquaient un léger sentiment d’imposteur : « C’est comme recevoir un prix pour aimer ses enfants ou sa mère! » lançait à la blague l’un d’entre eux. Modestes, émus, ces médecins de cœur et d’action ont une fois encore fait vibrer la salle. Le gala-bénéfice de Médecins francophones du Canada fut une soirée réussie.