Recherche

Médecins francophones du Canada invitée au congrès de l'AMEE

par Claudine Auger

Reconnaissant l’importance du continuum de formation, de la globalisation de la formation professionnelle continue (FPC) et le désir de ses participants de partager leur savoir, l’Association for Medical Education in Europe (AMEE), dans le cadre de sa réunion internationale annuelle inaugurait une première mondiale, soit une formation appelée Essential Skills in Continuing Education & Professional Development (ESCEPD). Les participants provenant de différents pays ont pu y écouter une revue internationale des bonnes pratiques et des données probantes en FPC en plus d’échanger sur ces sujets afin de pouvoir  les adapter à leur contexte.

Céline Monette, directrice générale de Médecins francophones du Canada, y était invitée à titre de conférencière afin de tracer le portrait canadien de la FPC, incluant les innovations et les tendances actuelles.

 

Le continuum de formation

Entre l’école et le terrain de la pratique, la transition peut s’avérer vertigineuse. D’autant plus qu’un médecin – ou tout autre professionnel dans un univers où l’environnement évolue rapidement –, devra maintenir ses compétences à jour sa carrière durant. Dans un contexte semblable, il importe que l’apprentissage soit facilité et valorisé. « Outre le fait que le médecin doit maintenir son expertise médicale, il aura à forger d’autres habiletés, que ce soit au plan des technologies numériques, de la communication, de la gestion ou de l’éthique, par exemple. Dans une carrière, tellement d’éléments vont changer la donne! Pensons seulement à l’impact des technologies en santé », explique Mme Céline Monette. C’est là qu’un continuum de formation prend toute son importance en favorisant le maintien des compétences et en permettant de cultiver une pratique valorisante capable de créer de la valeur pour tous.

Dans une société du savoir, la pression est encore plus grande pour toute forme de formation continue. La FPC canadienne n’y échappe pas : les opportunités sont aussi réelles que les défis sont concrets. Au plan de la pratique, l’environnement se métamorphose, par exemple : l’interprofessionnalisme, la pratique en réseau, la diversité culturelle des médecins, etc. La société aussi mène à des changements certains : démocratisation de la connaissance médicale, concept de patient partenaire responsable de sa santé, humanisation des soins. L’apprentissage, quant à lui, est influencé par de nouveaux joueurs : les collègues d’autres secteurs, la technologie, ou le patient lui-même. Toute une gestion de l’apprentissage!

Maintenir une position de leader

L’AMEE est un organisme voué au développement de la pédagogie et de la formation médicale. Médecins francophones du Canada y a été invitée dans le cadre de son congrès annuel. Il est clair, pour Céline Monette, que la participation de l’association à de tels événements va de pair avec les objectifs de celle-ci, qu’ils soient liés à la FPC, à sa position de leader ou à sa vision à long terme.

« Dans l’optique où nous visons à maintenir notre position de leadership, l’invitation à se joindre à un groupe de leaders internationaux, permet un échange foisonnant et constructif. Ces rencontres internationales contribuent à ouvrir de nouveaux canaux, à travers le monde, et enrichissent les pratiques de tout un chacun», souligne la directrice générale. Selon elle, ils permettent ensuite à Médecins francophones du Canada de partager ce savoir, ces nouvelles façons de faire, avec ses membres. « Notre association a été une pionnière de la FPC en français. L’ouverture de Médecins francophones du Canada se poursuit et s’élargit sans cesse », conclut Céline Monette.

À l’affût de l’innovation

Ces rencontres internationales auxquelles participe Médecins francophones du Canada donnent  à l’association l’occasion de partager ses innovations et d’en ramener qu’elle partage ensuite avec ses membres et son réseau. Plus encore, grâce aux ententes ratifiées par Médecins francophones du Canada, les partenaires qui participent aux événements de l’association y ajoutent leur savoir et leurs pratiques.