Recherche

Médecin par passion : Dre Lise Dugas

La quête de sérénité en montagne

par Claudine Auger

 


Lise Dugas, M.D.

Saisir les secrets de la nature

Lise Dugas marche. Avec ses bâtons en main, chaussée de souliers adaptés, Dre Dugas avance d’un bon pas, guidée par son attrait de la montagne et des hauteurs. « Pour moi, la marche est moins agressive que la course, et il y a des centaines de sentiers à travers les parcs et la SEPAQ de la belle Province. C’est tellement accessible, il suffit d’une bonne paire de souliers, de l’eau en abondance et un cellulaire – pour photographier la carte du sentier affichée au départ! Il s’agit de ne pas s’égarer! » La marcheuse suggère également de partir accompagné : « C’est mieux, surtout pour les longues promenades dans des parcs isolés. »

Cela dit, si Dre Dugas marche généralement en compagnie de son mari, elle ne rechigne pas devant les randonnées solitaires.

Dre Dugas considère la marche comme un excellent compromis pour s’adonner à une autre de ses passions, la photographie. Il y a quelques années, en périple aux Iles-de-la-Madeleine, elle a suivi un cours de photographie qui lui a donné l’essor dont elle avait besoin. Depuis, les découvertes de ses randonnées se gravent sur pellicule virtuelle. S’en détachent une harmonie avec la nature, une reconnaissance devant la beauté.

Marche du bonheur

Ainsi, Lise Dugas ne marche pas que pour marcher. Elle observe, admire l’environnement, faune et flore, et prend des photos magnifiques de ce qu’elle croise sur son chemin. Lise Dugas marche avec passion, suite à la résolution qu’elle s’est donnée à 56 ans : « Marcher chaque jour, au moins 30 minutes, aucune excuse valable, et explorer les montagnes. »

Sa première expédition l’a menée au Mont-du-Lac-des-Cygnes, attraction principale du parc national des Grands Jardins, situé aux abords du cratère de Charlevoix. « Ce n’est pas qu’une question de kilomètres, il y a aussi différents niveaux de difficulté d’escalade. Je suis un peu extrême, j’ai commencé par les plus difficiles : ça passe ou ça casse! », s’exclame Dre Dugas de son franc-parler.

À l’évidence, les courbatures n’ont pas freiné la photographe et marcheuse, qui a goûté tout son soûl de magnificence et de splendeurs. « La beauté de la nature! La marche dispose à un état méditatif, affine et stimule les sens. Les couleurs, les arômes, tout est décuplé.  Marcher est une grande source d’apaisement », explique Dre Dugas. Vantant les délices de son loisir, cette médecin de famille du Nouveau-Brunswick confie que la marche a changé sa vie : « La médecine est une carrière intense et exigeante.

La marche équilibre ma vie. » Puis, peut-être pour convaincre son auditeur que la marche n’a rien de banal, elle conclut sur une anecdote récente : « L’autre jour, dans la bruine du matin des hautes terres du Cap-Breton, j’ai de peu heurté un énorme orignal! C’était un monstre, de taille impressionnante! J’ai failli mourir de peur. Sachant qu’il ne faut pas démontrer de comportement agressif, j’ai dû attendre une bonne demi-heure, le temps qu’il termine de brouter… » Frissons et bonheur de l’aventure!