Recherche

Médecin par passion : Dre Marie-Andrée Champagne

Une énergique aventurière!

par Claudine Auger

Les traversées d'une capitaine


 Marie-Andrée Champagne, M.D.

Marie-Andrée Champagne a commencé à naviguer toute jeune, avant même de posséder sa propre voiture. Puis, il y a une vingtaine d’années, elle et son conjoint ont acquis un voilier, l’Andante … ma non troppo – du nom d’un mouvement musical signifiant « allant, mais pas trop vite! ». Elle a passé les deux premières années à apprivoiser leur navire : « Nous avons tout exploré du fleuve et du golfe afin d’apprendre à connaître comment notre bateau réagissait. Sur le St-Laurent, tout y est : le vent, la brume, les vagues, le milieu idéal », raconte Dre Champagne. Depuis, les navigateurs consacrent 3 à 4 mois par année à leur périple.

En 1995, Marie-Andrée, son amoureux et son beau-frère ont entrepris la traversée de l’Atlantique, du Maryland vers les Açores en longeant le Gulf Stream. « Quelques jours à peine après notre départ, notre radio et le pilote automatique ont lâché! Tu ne te poses pas de questions, tu survis! », se souvient l’aventurière avec humour. Le vent dans les voiles, les grandes bourrasques du voyage n’ont en rien freiné l’enthousiasme des marins : « D’une année à l’autre, nous préparons le bateau pour l’hiver là où nous avons jeté l’ancre. L’été suivant, nous allons rejoindre l’Andante en avion puis nous reprenons notre route. »

Dre Champagne et son partenaire sont ainsi retournés en Grèce trois ans durant, puis ils ont exploré la Turquie et ses quatre mers pendant douze étés, enfin ils ont visité les recoins de l’Europe, s’arrêtant ici et là, au gré du vent et de leur inspiration, explorant les secrets de ces terres éloignées. Après avoir consigné ses aventures dans un récit de voyage publié en 2004, « De l’autre côté du rêve », la capitaine de 68 ans, jamais à court de projets, rêve désormais de sillonner l’Allemagne romantique, de la Belgique et de la Hollande.

Les traversées d'une artiste

Ce récit de voyage est loin d’être l’unique œuvre de Marie-Andrée Champagne qui, dès qu’elle a su écrire, s’est sentie interpellée par cette forme d’expression. « J’ai rédigé mon premier roman à 14 ans : à mon insu, trente ans plus tard, ma sœur l’a dactylographié pour me l’offrir à mon anniversaire! Je me souviens parfaitement du moment et du lieu où je l’ai écrit : c’était l’été, le temps était superbe, nous étions dans un magnifique chalet. Mais moi, j’étais au salon, vouée à mon histoire! » Aujourd’hui encore, sur son voilier ou ailleurs, Dre Champagne remplit ses cahiers, préférant la chaleur d’un crayon à la souris d’un ordinateur. Elle publie son premier ouvrage en 1982, Vaincre l’obésité par un équilibre alimentaire et une attitude de vie saine, puis récidive en 1995 avec La ménopause ou le remplacement hormonal et, en 1999, avec L’hormone du désir. D’autres projets la tiennent en haleine, dont un roman et un autre livre sur l’hormonothérapie, parce qu’elle ne pourra prendre sa retraite avant d’avoir consigné tout ce qu’elle sait sur le sujet, confie-t-elle en riant.

On pourrait croire qu’entre la médecine, la voile et l’écriture, Dre Champagne canalise toute sa passion. Et pourtant! L’omnipraticienne installée dans la région de Saint-Gabriel-de-Brandon est également musicienne. Initiée dans sa jeunesse au piano, elle pratiquera cet instrument pendant plusieurs années, entreprenant des études musicales à 44 ans, et initiant un baccalauréat en musique à 60 ans. Son goût pour la musique bifurquera ensuite vers le violoncelle, qu’elle pratique aujourd’hui avec toute la ferveur qui l’habite.

Membre de Kaléidoscope, un groupe de musiciens qui se produit à l’occasion, on l’imagine aisément, cheveux dans le vent, laisser bercer son archet sur Cheops, son violoncelle « muet », sur le pont de l’Andante.