Recherche

Bilan de la présidente

Conseil québécois de développement professionnel continu

par Céline Monette, directrice générale de Médecins francophones du Canada, présidente sortante du CQDPCM

En février 2013, Médecins francophones du Canada terminait son mandat à la présidence du Conseil québécois de développement professionnel continu des médecins (CQDPCM). Ce passage est significatif pour l’association: en effet, outre le fait que c’était une première pour notre association d’y être représentée avec force, il démontre concrètement notre engagement envers tout ce qui concerne la formation professionnelle continue de qualité. Mais surtout, il s’inscrit dans une perspective globale qui nous importe grandement et que nous tentons d’inclure dans chacun de nos gestes : la volonté de créer de la valeur pour le système de santé et à la société.

Lorsque j’ai accepté la présidence du CQDPCM, cette organisation venait de terminer les démarches de son incorporation. L’étape suivante exigeait de se pencher sur la règlementation qui allait soutenir ce nouveau statut et adopter les nouveaux règlements. En suivi, le CQDPCM s’est questionné sur son avenir en fêtant son 35eanniversaire et a décidé d’ouvrir trois chantiers de réflexion, soit la revue du code d’éthique des intervenants en DPC, la formation des responsables de DPC et l’interprofessionalisme. Trois aspects qui préoccupent également Médecins francophones du Canada.

Code d’éthique des intervenants en DPC

Plutôt que d’opter pour une mise à jour en bonne et due forme du code d’éthique des intervenants en DPC,  les membres du CQDPCM ont plutôt choisi d’opter pour une démarche de réflexion menant à une refonte de ce dernier. Ce projet d’envergure approche son terme : à l’heure actuelle, le nouveau code d’éthique est en phase finale. Si tous les organismes membres du CQDPCM approuvent le nouveau code d’éthique, sa dissémination et sa mise en vigueur seront entamées.  La refonte du code, une voie qui n’a pas été empruntée à la légère, car elle implique une démarche minutieuse, a d’abord permis de nuancer et de favoriser les discussions entre les membres surdes éléments tels que l’uniformisation d’un lexique dont la terminologie a évolué, la réflexion du biais potentiel en DPC, et la formation des formateurs.  Avec le recul, le groupe de travail sur ce code d’éthique peut se réjouir des efforts déployés : le nouveau code d’éthique répond à des besoins concrets et reflète les exigences du DPC et les valeurs prônées par le CQDPCM.

Parcours de formation en DPC

Les membres du CQDPCM ont identifié le besoin d’offrir aux personnes intéressées à se développer en DPC des parcours de développement tout en aiguillonnant ceux-ci vers des formations spécifiques. Ce projet commun, qui mise sur les forces de chacun, a été conçu pour s’adapter à tous selon quatre profils de compétences en DPC : la personne-ressource, le formateur/organisateur, l’innovateur/chercheur et le gestionnaire/entrepreneur. Ces parcours de formation rassemblent les membres du CQDPCM en se tissant autour de thèmes qui nous préoccupent tous en DPC, tels que le cadre théorique, l’innovation et la recherche,  le cadre éducatif et l’approche méthodique, le cadre administratif et organisationnel, les aspects stratégiques et financiers. Ces nouveaux parcours de formation,  en cours de réalisation, ne seront pas obligatoires, mais répondront à plusieurs objectifs qui unissent les membres du CQDPCM, soit favoriser l’évolution de la discipline, offrir un projet rassembleur des organisations en DPC, et finalement, accroître l’offre du CQDPCM.

DPC et interprofessionalisme

L’approche interprofessionnelle en DPC se développe de plus en plus et apporte de nouveaux défis tels que le développement de partenariat entre les responsables de DPC des différentes professions, l’harmonisation entre les systèmes et l’agrément, la recherche, l’approche pédagogique, et les nouvelles compétences à développer. Ce transfert de l’apprentissage individuel à l’apprentissage en équipe est certainement un des changements qui apportera une transformation du DPC. Comme le mentionnait le docteur Curtis A. Olson dans l’éditorial du JCEHP de l’été 2012, si le changement des pratiques cliniques demande la contribution de l’équipe de soins, et que cette équipe est constituée de plusieurs professions, il est normal que le DPC offre des opportunités à ces professions pour qu’elles puissent se développer ensemble. Ainsi, le CQDPCM, reconnaissant les défis et les opportunités, a mis sur pied un groupe de travail afin de faire progresser la réflexion sur le sujet et de faire des recommandations à ses membres. Ce nouveau chantier pour le CQDPCM en est à ses débuts et je suis persuadée qu’il contribuera efficacement aux prises de décisions du CQDPCM.

En concertation dans l’action

Un organisme de concertation tel que le CQPDCM contribue à unir les efforts de ses membres et Médecins francophones du Canada est ouvert à ce type de collaboration bénéfique à tous. En offrant nos ressources à ce genre de projets qui participent à construire une médecine de qualité à valeurs humaines, nous répondons aux principes prônés par l’association.

Je remercie tous les membres, et tout spécialementceux des groupes de travail du CQDPCM, pour leur collaboration et leur soutien lors de mon mandat. C’est avec grand plaisir que je continuerai, en tant que membre représentant Médecins francophones du Canada, à contribuer au développement du CQDPCM.