Recherche

International Federation of Medical Students Associations (IFMSA)

Offrir à la relève en médecine de devenir des leaders en santé globale

par Claudine Auger

Nourrir l’engagement social

C’est la devise de l’International Federation of Medical Students Associations (IFMSA), « pour qu’être médecin ne soit pas qu’un titre, mais aussi un engagement social », qui a motivé Gaël Chetaille à s’y engager. L’association, fondée en 1951, représente et met en réseau près de 1,4 million d’étudiants en médecine provenant de 124 pays. « C’est une association aux nombreuses ramifications qui propose de multiples projets. En offrant aux étudiants en médecine des occasions d’apprendre à devenir des leaders en santé globale, l’IFMSA œuvre à bâtir un monde meilleur ! » Rien de moins, selon l’étudiant de deuxième année à la Faculté de médecine de l’Université Laval.

IFMSA-Québec, la division québécoise de cette vaste association étudiante internationale, diversifie ses activités pour permettre à celui qui veut joindre son réseau d’y trouver de quoi répondre à ses besoins. IFMSA-Québec compte quatre comités thématiques (santé publique, santé sexuelle, droits humains et paix, et santé mondiale), en plus de comités d’échanges étudiants et de projets d’éducation par les pairs. De Curieux mangeurs, qui vise l’éducation de saines habitudes alimentaires, à Osmose, qui s’occupe de santé mentale, en passant par Ma planète, ma santé, qui fait le lien entre l’environnement et la santé, les projets chapeautés par l’IFMSA-Québec se déploient dans les écoles et ailleurs dans la communauté — notamment par des activités visant directement les étudiants en médecine ou la population en générale, initiant une relève médicale à forger ses compétences en leadership directement sur le terrain. Quant à Gaël Chetaille, déjà passionné de santé mondiale, cette dernière ajoute de la couleur au cursus académique : « C’est un extraordinaire complément aux premières années sur les bancs d’école, en ajoutant une dimension humaine et concrète par une action d’engagement. » Et une belle manière de se distinguer en arrivant, par la suite, sur le marché du travail.

Outiller l’engagement social

Pourtant, lorsqu’un étudiant en médecine décide de faire le pas vers l’engagement social, il peut se sentir dérouté. « Le paradoxe, c’est que l’engagement social en médecine est doté d’un beau dilemme, qui fait justement le charme de cette association. Il y a tant d’opportunités auprès de l’IFMSA, qu’on ne sait pas par où commencer », s’exclame Gaël Chetaille, qui décrit cette voie comme une d’éveil et d’ouverture. Selon lui, l’expérience, en plus d’enrichir les connaissances théoriques précliniques, permet « de sortir des livres afin d’explorer le terrain et l’humain ». Mais surtout, la vaste plateforme, véritable réseau mondial, se veut, selon le jeune homme, « une superbe manière de créer des amitiés à travers le monde ». Si les ramifications de l’organisme international s’ancrent aux quatre coins de la planète, IFMSA demeure à la fois local et bien enraciné dans des lieux universitaires concrets.

Ainsi, IFMSA-Québec présente dans les six campus de médecine de la province, offre nombre d’activités, de rencontres et de formations aux futurs médecins du Québec depuis 2002. L’hiver dernier, notamment, Sub Regional Training (SRT), une activité de développement des compétences des étudiants en médecine organisée annuellement depuis cinq ans par IFMSA-Québec, a connu un vif succès. L’Université Laval a alors accueilli une cinquantaine de participants à une formation en deux volets : le premier, Training New Trainers (TNT), un volet dédié à la formation de formateurs, visait à outiller les futurs gestionnaires de projets, liés ou non à la médecine, en leur présentant des notions nécessaires au leadership et à l’engagement social ; le second volet, Health care in danger, en collaboration avec le Comité International de la Croix Rouge, misait davantage sur les problèmes liés à la santé mondiale. « Ce second volet, une idée originale de l’organisatrice de l’événement, Lena Zotova, a connu un grand succès et s’est vu décerner le 3e prix du meilleur projet de la Fédération internationale en août », souligne Gaël Chetaille, lui-même responsable du prochain SRT qui se tiendra à l’Université de Sherbrooke du 25 au 27 avril prochain.

« Le cours de médecine est exigeant, on peut toujours pousser les connaissances plus loin », explique le jeune homme. « Quant à moi, je trouve dans mon engagement dans l’IFMSA une joie à me développer autrement, une occasion d’enrichir mon expérience de la médecine et une façon de trouver l’équilibre. “Les membres de l’IFMSA partagent une vision d’ouverture sur le monde, de flexibilité, une recherche d’une médecine sans frontière qui va à la source des problématiques. Et pour ça, il faut être bien outillé !”

Pour en savoir davantage :
http://ifmsa.qc.ca/comites/
Pour toutes questions : info@ifmsa.qc.ca