Recherche

Entrevue avec la Dre Christiane Laberge

Tendance, le TDAH? (3e partie)

par Claudine Auger

Christiane Laberge, M.D.

Le TDAH fait parler de lui. Et c’est tant mieux. Mais aux côtés des prescriptions de stimulants à la hausse et d’une corrélation directe entre le TDAH et l’augmentation des coûts de la santé, ce trouble, s’il n’est pas compris, s’il n’est pas diagnostiqué, s’il n’est pas traité correctement, cause son lot de souffrances pour l’individu qui en souffre et pour ses proches. Troisième article d’une série de trois (cliquez ici pour consulter les articles précédents).

TDAH non traité : danger!

« Les données sont claires : dans le cas du TDAH non traité, il y a 38 % de plus de grossesses non planifiées, deux ans de scolarité de moins que ce que permettrait la capacité intellectuelle des sujets atteints, quatre fois plus de blessures que dans les cas de TDAH traités ou les individus non porteurs et trois fois plus de blessures graves, 33 % de plus d’abus de substances… Tous ces risques sont largement liés à l’impulsivité et à la difficulté d’anticiper les conséquences de nos gestes. » La communicatrice ne mâche pas ses mots en ce qui concerne les conséquences du non-traitement du TDAH : « Les risques d’être fumeur sont triplés, en plus de débuter plus tôt, parce que le tabac, dirigé dans les circuits de la dopamine, comble un besoin réel. Quant au cannabis, c’est une tragédie… trop fréquente, qui détruit littéralement la mémoire de ces jeunes, surtout s’ils en consomment tous les jours! »

Et pour les parents craintifs face à la médication, Dre Laberge propose une expérience révélatrice : « Je leur demande de noter minutieusement le comportement de leur enfant, deux samedis consécutifs, un avec la médication, l’autre sans, en effectuant une routine précise. Faire l’épicerie avec la participation de l’enfant, suivi d’un peu de plaisir, aller prendre une crème glacée, puis s’accorder un temps de lecture en rentrant à la maison et, ensuite, jouer à un jeu de table qui exige une certaine concentration et des habiletés sociales. En général, la journée sans médication est définitivement plus chaotique… un constat concret qui convainc les parents de l’utilité réelle de la pilule 7 jours sur 7 », conclut avec humour l’omnipraticienne, qui souligne toutefois l’importance de commencer doucement la médication et de prendre un temps pour observer.

Une approche multimodale

Bien évidemment, l’approche de traitement doit être multimodale, « car la médication favorise le succès des autres interventions et permet, entre autres, chez l’enfant, un meilleur développement des habiletés sociales », remarque Dre Laberge qui suggère vivement de consulter le dossier pharmacologique du Médecin du Québec pour un aperçu complet*. S’il importe de choisir méticuleusement les molécules et de prendre le temps de les ajuster, il est à noter qu’environ 15 à 20 % des patients ne répondent pas à la médication.

Une fois la médication bien dosée, le patient et sa famille bénéficieront de mesures mises en place pour faciliter le quotidien : des consignes claires et courtes, idéalement écrites ou illustrées par des pictogrammes, l’adoption de routines stables pour faciliter l’organisation et le sommeil, et surtout, l’implication du patient, petit ou grand. « Un des effets secondaires les plus fréquents est la diminution de l’appétit, au dîner principalement. Alors, répartissez la diète de manière différente, en choisissant de petites bouchées, des smooties protéinés, en laissant « traîner » une assiette de crudités et de cubes de fromage… Et boire, ne pas oublier de bien s’hydrater, pour contrer les céphalées », conseille Dre Laberge.

Et puis, quand l’intensité étourdit, « rappelez-vous qu’ils sont souvent très créatifs, tant pour se mettre dans le pétrin que pour s’en sortir », lance Christiane Laberge, dans un clin d’œil pour marquer le fait que les personnes atteintes d’un TDAH savent aborder les problèmes du quotidien de manière unique. Il s’agit de bien s’ancrer pour ne pas se laisser emporter par le tourbillon!


SITES ET RÉFÉRENCES UTILES :

http://caddra.ca
www.cliniquefocus.com

Dre Annick Vincent : www.attentiondeficit-info.com et TDAH : Déploie ton potentiel!
www.attentiondeficit-info.com/questionnaire-tdah.php
Dr Louis Philippe Hubert : www.tdahquebec.com
Association PANDA
AQETA
, association québécoise des troubles d’apprentissage

* À consulter, un dossier complet sur le TDHA : Le Médecin du Québec, volume 48, numéro 8, août 2013. Également à consulter pour l’adulte atteint de TDAH : http://tdah-adulte.org/