Recherche

SOSCuisine.com, partenaire nutrition de Médecins francophones du Canada

Quoi consommer ou éviter en cas de pierres aux reins?

Kathryn Adel, M.Sc, Dt.P, CSSD
Nutritionniste, SOSCuisine.com

L’alimentation peut influencer la formation et la croissance de lithiases rénales, aussi appelées pierres aux reins. Toutefois, contrairement aux croyances populaires, une alimentation faible en oxalates n’est pas toujours la bonne solution. Voici l’heure juste sur le sujet.

Les lithiases rénales, c’est quoi et quelles en sont les causes ?

Les lithiases rénales, aussi appelées lithiases urinaires, urolithiases, nephrolithiases, calculs rénaux ou pierres aux reins, sont des calculs (ensemble de cristaux) qui se forment dans les reins ou voies urinaires (uretères et vessie) à partir de minéraux dissous dans l'urine. La plupart d’entre eux (80 %) s’éliminent spontanément en passant à travers les conduits du système urinaire. Cependant, les uretères, situés entre les reins et la vessie, sont des conduits de très petit calibre. Un calcul formé dans le rein qui est en transit vers la vessie peut facilement obstruer un uretère et ainsi causer de vives douleurs.

Les calculs rénaux peuvent être la conséquence d’un grand nombre de facteurs incluant un apport trop faible en liquide, une alimentation déséquilibrée, l’obésité, certains médicaments ou suppléments, des maladies génétiques ou métaboliques ou des malformations des voies urinaires. Toutefois, dans bien des cas, on ne retrouve pas de cause précise pouvant expliquer la formation des calculs. Il existe différents types de calculs, les plus fréquents étant à base d’oxalates de calcium (80 % des cas). Certains calculs peuvent aussi être à base de phosphate de calcium, d’acide urique, de struvite ou de cystine.

Faut-il éviter les aliments qui contiennent des oxalates ?

Souvent, les gens qui ont des lithiases rénales se font dire de suivre une diète faible en oxalates. Toutefois, cela n’est pas toujours la bonne solution. En fait, les changements à apporter à l’alimentation dépendent du type de calculs rénaux qui se sont formés et de leurs causes. Par exemple, suivre une diète faible en oxalate peut aider à prévenir la formation de calculs à base d’oxalates de calcium, mais n’est pas utile pour les gens qui ont des calculs à base d’acide urique. Il est recommandé de consulter un urologue ou un médecin spécialiste qui pourra prescrire des tests pour évaluer les concentrations urinaires et sanguines de différents composés chimiques tels que le calcium, le magnésium, le sodium et les oxalates afin de déterminer la meilleure stratégie de prévention du patient. Une nutritionniste pourra ensuite aider le patient à adapter son alimentation en fonction des recommandations du médecin.

Faut-il éviter les produits laitiers ?

Le calcium se lie aux oxalates dans l’intestin, ce qui peut aider à augmenter l’excrétion des oxalates dans les selles. Ainsi, limiter l’apport en produits laitiers ou en substituts (boissons végétales enrichies) peut être bénéfique dans certains cas pour aider à prévenir les lithiases rénales. La quantité de calcium à consommer doit être personnalisée selon le type de calculs rénaux et leurs causes.

Conseils généraux pour prévenir les lithiases rénales

  1. Boire suffisamment d’eau

Boire suffisamment d’eau permet de garder l’urine bien diluée et d’éliminer les particules qui peuvent former des cristaux. Le fait de ne pas bien s’hydrater est la principale cause de calculs rénaux. Pour augmenter le volume urinaire, on recommande de boire environ deux litres de liquide par jour ou plus pour ceux qui font beaucoup d’activité physique ou qui passent beaucoup de temps à la chaleur. La présence d’une urine foncée est signe qu’on ne boit pas suffisamment de liquide. Une collecte urinaire peut aider à déterminer plus précisément la quantité de liquide à boire par jour. Tous les breuvages (eau, thé, café, jus, etc.) comptent dans la quantité totale de liquide, mais il est préférable de boire majoritairement de l’eau et d’éviter les boissons sucrées qui sont néfastes pour la santé. La quantité de liquide consommée devrait être répartie le plus également possible au cours de la journée. Si le taux de citrate urinaire est faible, il pourrait être bénéfique de boire de l’eau citronnée. Pour ce faire, on peut mélanger 60 ml (1/4 de tasse) de jus de citron ou de lime à son eau deux fois par jour.

  1. Limiter le sodium

Consommer trop de sel peut faire en sorte que les reins vont excréter trop de calcium dans l’urine, ce qui peut augmenter le risque de développer des lithiases rénales. De façon générale, la quantité de sodium recommandée par jour est de 1500 milligrammes, ce qui équivaut à seulement ⅔ de cuillerée à thé de sel de table ! Les Canadiens en consomment en moyenne 2760 milligrammes chaque jour, soit presque le double de l’apport quotidien recommandé. Bien qu’éliminer la salière peut être utile, ce n’est pas suffisant, puisque 77 % de l’apport en sodium des Canadiens provient des aliments transformés ! La solution est d’éliminer ou du moins réduire sa consommation d’aliments transformés et cuisiner à partir de produits frais. Lorsqu’on choisit des produits emballés, il faut lire les étiquettes pour s’assurer de choisir des produits ayant une faible teneur en sodium. Idéalement, on opte pour un produit qui contient moins de 200 mg de sodium (soit moins de 8 % de valeur quotidienne du tableau de valeur nutritive imprimé sur l’emballage), et si possible moins de 115 mg de sodium (moins de 5 % de la valeur quotidienne). Il faut aussi faire attention à la taille de la portion consommée.

  1. Réduire sa consommation de protéines animales

Les protéines animales peuvent augmenter le risque de développer des pierres aux reins en augmentant l’excrétion de calcium et en réduisant l’excrétion de citrate dans l’urine. Ainsi, ceux qui consomment beaucoup de viande ont intérêt à réduire leur consommation de protéines animales (viande, volaille, poisson, fruits de mer, œufs) et à manger plus souvent des repas végétariens à base de soya ou de légumineuses (au moins deux fois par semaine). Si les cristaux sont à base d’acide urique, il est important de limiter sa consommation d’alcool et de purines. Les purines se retrouvent en majorité dans les fruits de mer, les abats et la viande de gibier.

  1. Limiter son apport en oxalates

Il peut être utile de limiter son apport en oxalates seulement si on a des cristaux à base d’oxalates de calcium, puisqu’une alimentation riche en oxalates augmente la production urinaire d’oxalates. Les oxalates se retrouvent dans la plupart des aliments d’origine végétale, qui sont bénéfiques pour la santé. Il n’est donc pas recommandé d’éliminer tous les aliments qui contiennent des oxalates, mais plutôt seulement ceux qui sont très élevés en oxalates, soit les sept aliments suivants : les amandes (et le beurre d’amande), les arachides (qui sont des légumineuses et non des noix), la rhubarbe, les épinards, le son de blé, les betteraves et le chocolat. Pour une liste plus complète du contenu en oxalates des aliments, consultez ce lien. Il est à noter que les bonnes bactéries probiotiques se nourrissent d’oxalates. Ainsi, consommer des aliments riches en probiotiques comme le kéfir et certains yogourts ou prendre un supplément de probiotiques peut aider à réduire la quantité d’oxalates excrétée dans l’urine si notre microbiote est déséquilibré.

  1. Maintenir un poids santé

Certaines études démontrent qu’avoir un surplus de poids est associé à une augmentation du risque de lithiases rénales à base d’oxalates de calcium et d’acide urique. Le maintien d’un poids santé via une alimentation équilibrée et la pratique régulière d’activité physique peut donc aider à réduire le risque de lithiases rénales.

  1. Consommer suffisamment de fruits et de légumes

Une alimentation riche en fruits et légumes peut aider à prévenir la formation de lithiases rénales en rendant l’urine moins acide et aussi grâce à leur contenu en nutriments comme le potassium et les fibres alimentaires. Le potassium contribue à réduire l’excrétion urinaire du calcium. Les fibres insolubles contribuent à réduire l’absorption du calcium dans l’intestin, donc le taux de calcium dans l’urine.

  1. Faire attention aux suppléments de vitamines et minéraux

Certains suppléments peuvent favoriser la formation de lithiases rénales. Par exemple, un excès de vitamine C se transforme en oxalates, augmentant ainsi la production urinaire d’oxalates. Il est recommandé de consulter son médecin ou une nutritionniste pour déterminer quels suppléments prendre ou éviter.éviter.



Credit photo

SOSCuisine.com offre une large gamme de menus spécialisés, conçus par nutritionnistes, pour une trentaine de conditions médicales et autres besoins. Le service est recommandé par plusieurs organismes du secteur de la santé, dont le CHUM et le Centre EPIC de l’Institut de cardiologie de Montréal. Pour voir ou essayer ces menus, cliquez ici afin de vous inscrire gratuitement au service PREMIUM de SOSCuisine.com offert avec votre adhésion à Médecins francophones du Canada.

Médecins francophones du Canada et SOSCuisine.com ont développé un outil pour vous permettre d’aider vos patients, pour en savoir plus sur le formulaire de prescription alimentairecliquez ici.


Références

National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Disease (2017) Eating, Diet, & Nutrition for Kidney Stones.https://www.niddk.nih.gov/health-information/urologic-diseases/kidney-stones/eating-diet-nutrition
Academy of Nutrition and Dietetics. Kidney Stones Nutrition Therapy, 4 pages.
Extenso (2012) Prévenir les pierres aux reins. https://www.extenso.org/article/prevenir-les-pierres-aux-reins/