Recherche

Maux de ventre chez les enfants et alimentation faible en FODMAP

par Jef L’Ecuyer, Dt.P.

Je profite d’un récent article publié dans la revue Gastroenterology and Hepatology1 concernant l’utilisation de l’alimentation faible en FODMAP chez les enfants pour vous en parler. La revue de littérature faite par les auteurs a permis d’identifier certains points clés pour le changement des habitudes alimentaires dans le but d’améliorer les maux de ventre (et autres maux gastro-intestinaux) chez les enfants.

L’alimentation faible en FODMAP semble être une piste intéressante pour les enfants qui souffrent de troubles digestifs fonctionnels (maux de ventre, diarrhée, constipation, gaz intestinaux, etc.), mais quelques précautions s’imposent. Les voici :

Habitudes alimentaires en jeu

L’élimination des FODMAP n’est pas la première ligne de traitement à considérer pour les maux de ventre et autres symptômes digestifs chez les enfants. Une évaluation (et des changements adéquats, si nécessaire) des habitudes alimentaires par une nutritionniste spécialisée est de mise en premier lieu.

En effet, les symptômes et maux des enfants peuvent parfois être expliqués par une consommation exagérée de fruits et jus de fruits, de lait, yogourt et de produits céréaliers. Ces produits étant souvent les préférés des enfants, on peut avoir tendance à leur en donner à volonté, surtout s’ils font preuve de rigidités alimentaires. 

L’alimentation faible en FODMAP, la solution ?

Si les symptômes persistent malgré les changements d’habitudes, on peut alors envisager l’alimentation faible en FODMAP avec l’aide d’une nutritionniste spécialisée dans le domaine. Il y a tout de même deux précautions à prendre, il faut :

● S’assurer de ne pas trop restreindre inutilement l’alimentation de l’enfant ;

● Faire les tests de réintroduction dès que les symptômes sont bien contrôlés.

Rôle des FODMAP sur le microbiote des enfants

Quelques études2-5 nous ont informés des possibles effets négatifs de l’alimentation faible en FODMAP sur la diversité des bactéries dans le microbiote chez les adultes. Cela s’explique par le fait que les aliments contenants des FODMAP contiennent aussi beaucoup de prébiotiques.

Bien que ces observations aient été faites chez les adultes, on peut vraisemblablement transférer cette mise en garde aux enfants. D’où l’importance de suivre une alimentation faible en FODMAP pendant la période la plus courte possible. Les tests de réintroduction doivent donc être fait au plus tard après 6 semaines, mais idéalement plus rapidement si les symptômes s’estompent plus tôt.

Répéter l’expérience ?

Étant donné que les enfants sont en croissance constante, il est primordial de tester la tolérance aux FODMAP tous les 3 à 6 mois. En effet, la tolérance et la possibilité d’absorption de certains nutriments change avec l’âge. Par exemple, le fructose est moins bien absorbé chez les enfants en bas âge que chez les adultes.

Attention !

Étant donné que plusieurs habitudes alimentaires sont acquises dès l’enfance, une précaution à prendre est aussi de ne pas insister sur le fait que certains aliments sont « bons » et d’autres, « mauvais ou interdits ». En fait, les aliments qui contiennent des FODMAP sont en grande majorité des aliments sains qui font partie d’une alimentation équilibrée.

Bref, l’alimentation faible en FODMAP peut être une piste de solution pour la gestion des maux de ventre chroniques et autres troubles gastro-intestinaux chez les enfants. L’aide d’une nutritionniste spécialisée en pédiatrie est fortement recommandée pour l’accompagnement des enfants dans ce cheminement.

Nous avons précédemment fait le point sur l’efficacité des FODMAP dans la gestion et l’amélioration de la qualité de vie des personnes aux prises avec le SII. Vous pouvez consulter les articles ici :

 

Je profite de l’occasion pour vous rappeler qu’en tant que membre de Médecins francophones du Canada, vous pouvez bénéficier gratuitement des services de SOSCuisine. Pour en profiter, cliquez ici.

Médecins francophones du Canada et SOSCuisine.com ont développé un outil pour vous permettre d’aider efficacement vos patients à mieux s’alimenter. Pour en savoir plus sur le formulaire de prescription alimentaire,cliquez ici.

Références :

  1. Hill, P., Muir, J. G., & Gibson, P. R. (2017). Controversies and Recent Developments of the Low-FODMAP Diet. Gastroenterology & Hepatology, 13(1), 36–45.
  2. Halmos EP, Christophersen CT, Bird AR, et al. (janvier 2015). Diets that differ in their FODMAP content alter the colonic luminal microenvironment Gut; 64:93–100.
  3. Kerckhoffs, A. P., Samsom, M., van der Rest, M. E., de Vogel, J., Knol, J., Ben-Amor, K., & Akkermans, L. M. (2009).Lower Bifidobacteria counts in both duodenal mucosa-associated and fecal microbiota in irritable bowel syndrome patients. World Journal of Gastroenterology: WJG, 15(23), 2887–2892. http://doi.org/10.3748/wjg.15.2887
  4. Mättö, J., Maunuksela, L., Kajander, K., Palva, A., Korpela, R., Kassinen, A. and Saarela, M. (2005), Composition and temporal stability of gastrointestinal microbiota in irritable bowel syndrome—a longitudinal study in IBS and control subjects. FEMS Immunology & Medical Microbiology, 43: 213–222. doi:10.1016/j.femsim.2004.08.009
  5. Staudacher, HM., Lomer, MC., Anderson, JL., Barrett, JS., Muir, JG., Irving, PM., & Whelan, K. (août 2012). Fermentable carbohydrate restriction reduces luminal and gastrointestinal symptoms in patients with irritable bowel syndrome. J Nutr ; 142 (8) : 1510-8 ; doi : 10.3945/jn.112.159285
  6. Iacovou, M. (22 novembre 2016). Adapting the low FODMAP diet to special populations: infants and children. Journal of Gastroenterology and Hepatology; 32 (suppl. 1): 43–45. doi:10.1111 ∕ jgh.13696
  7. Chumpitazi, B. P., Cope, J. L., Hollister, E. B., Tsai, C. M., McMeans, A. R., Luna, R. A., … Shulman, R. J. (2015). Randomised Clinical Trial: Gut Microbiome Biomarkers are Associated with Clinical Response to a Low FODMAP Diet in Children with Irritable Bowel Syndrom. Alimentary Pharmacology & Therapeutics, 42(4), 418–427. http://doi.org/10.1111/apt.13286
  8. Newlove-Delgado TV, Martin AE, Abbott RA, Bethel A, Thompson-Coon J, Whear R, Logan S. (mars 2017). Dietary interventions for recurrent abdominal pain in childhood. Cochrane Database of Systematic Reviews, Issue 3. Art. No.: CD010972. DOI: 101,002/14651858.CD010972.pub2.