Recherche

Avril - Mois de la sensibilisation au syndrome de l’intestin irritable

par Jef L’Ecuyer, Dt.P.

On estime que de 13 à 20 % de la population canadienne souffre du syndrome de l’intestin irritable (SII). Malgré cette prévalence très élevée, seulement 40 % des gens qui souffrent du SII consulteront leur médecin pour obtenir une solution à leurs symptômes. La médication n’étant pas toujours efficace dans la gestion de ce syndrome, plusieurs patients se tournent vers des méthodes alternatives... qui ne sont pas toujours efficaces elles non plus !
 
Depuis les premières études sur le sujet en 2005, un type d’alimentation s’est fait reconnaître comme étant la meilleure solution, et la plus efficace, pour gérer les symptômes reliés au syndrome de l’intestin irritable. Ce type d’alimentation permet aussi d’améliorer la qualité de vie des patients. Je parle ici de l’alimentation faible en FODMAP. 
 
Les FODMAP sont des glucides à chaîne courte qui fermentent dans le système digestif et causent des symptômes comme la diarrhée, la constipation, les ballonnements, les gaz intestinaux, etc. Il existe 6 « familles de FODMAP » ; les oligosaccharides (fructanes et galactooligosaccharides [GOS]), les disaccharides (lactose), les monosaccharides (fructose en excès du glucose) et les polyols (principalement le sorbitol et le mannitol).
 

Famille de FODMAP

Exemples d’aliments à teneur élevée

GOS

Légumineuses (haricots secs, fèves de soya, pois chiches, lentilles, etc.)

Fructanes

Blé, seigle, oignon, ail, pêche, melon d’eau, etc.

Lactose

Produits laitiers de vache, brebis et chèvre (lait, yogourt, fromage frais, etc.)

Fructose en excès du glucose

Miel, pomme, poire, melon d’eau, jus de fruits, asperges, etc.

Sorbitol

Pomme, poire, fruits à noyaux (pêche, prune, cerise, etc.), bonbons et gommes à mâcher avec édulcorants, etc.

Mannitol

Chou-fleur, champignon, bonbons et gommes à mâcher avec édulcorants, etc.

 
Chaque famille de FODMAP agit différemment dans le système digestif, les oligosaccharides ont tendance à être plus fermentés (production accrue de gaz) alors que les polyols et les monosaccharides ont plutôt un effet osmotique (ils attirent l’eau dans le système digestif). Les disaccharides, quant à eux, ont les deux effets. 
 
Les différentes actions des familles de glucides FODMAP expliqueraient en partie la panoplie de symptômes non spécifiques qui sont associés au SII. 
 
L’alimentation faible en FODMAP n’est pas conçue pour être suivie à long terme. Elle se découpe en trois phases dont la durée totale est de 3-4 mois. La première phase consiste à éliminer complètement les FODMAP de son alimentation. La deuxième consiste à tester les différentes familles de glucides FODMAP pour savoir laquelle, ou lesquelles, cause les symptômes. La troisième et dernière phase réintroduit les familles de FODMAP qui ne causent pas de problème. 
 
Malgré sa complexité, la grande majorité des patients qui suivent ce protocole voient leurs symptômes diminués dès les premiers jours. On parle d’un pourcentage d’efficacité d’environ 75 % chez les patients rigoureux.
 

Médecins francophones du Canada et SOSCuisine.com ont développé un outil pour vous permettre d’aider vos patients, pour en savoir plus sur le formulaire de prescription alimentaire,cliquez ici.

SOSCuisine.com offre des menus conçus par nutritionnistes pour près de trente conditions médicales et autres besoins, dont le syndrome de l'intestin irritable. Pour voir ou essayer ces menus, cliquez ici afin de vous inscrire gratuitement au service PREMIUM de SOSCuisine.com offert avec votre adhésion à Médecins francophones du Canada.


Recrutement de patients pour une étude clinique sur le syndrome du colon irritable (SCI/SII)

Une étude clinique sur l'efficacité thérapeutique de l'alimentation faible en FODMAP pour les personnes souffrant du SCI/SII est en démarrage au CRCHUM. Les chercheurs sont présentement à la recherche de médecins partout au Québec intéressés à contribuer en référant des patients. Voir les détails de l'étude et les critères de sélection des patients:

Pour en savoir plus et référer vos patients à cette étude, communiquez avec:

Chantal Bemeur, PhD, DtP, Chercheure principale
chantal.bemeur@umontreal.ca
514.890.8000 Poste 30847

MERCI DE VOTRE AIDE !


Références

  1. Chey, W. D., Kurlander, J., Eswaran, Shanti. (2015). Irritable Bowel Syndrome: A Clinical Review, Journal of the American Medical Association, 313(9), 949-958.
  2. Gibson, P. R., Varney, J., Malakar, S., &; Muir, J. G. (2015). Food Components and Irritable Bowel Syndrome. Gastroenterology, 148(6). http://doi.org/10.1053/j.gastro.2015.02.005
  3. Scarlata, K. & Nee, J. (octobre 2016). Using Science to Further Define FODMAP and Simplify Patient Education. Présentation tirée de FNCE2016.
  4. Tuck, C. J., Muir, J. G., Barrett, J. S., &; Gibson, P. R. (2014). Fermentable oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides and polyols: role in irritable bowel syndrome. Expert Review Of Gastroenterology &; Hepatology, 8(7), 819–834. http://doi.org/10.1586/17474124.2014.917956