Recherche

Approche nutritionnelle pour la gestion de la fibromyalgie

par Jef L'Ecuyer, Dt.P

Pour les chroniques de cet automne, nous aimerions savoir quels sujets vous intéressent le plus ! Vous avez des questions sur un aspect de la nutrition, ou vous voudriez plus d’informations entourant un sujet particulier ? Envoyez-nous vos questions et idées à nutrition@soscuisine.com

 

On ne connaît pas encore les causes exactes de la fibromyalgie (FM), ni le ou les meilleurs moyens de résoudre les multiples symptômes auxquels les patients qui en sont atteints font face quotidiennement. Du point de vue nutritionnel, il n’y a pas de données probantes, mais les principes de base d’une alimentation saine sont recommandés avant l’essai de toute autre diète. Voici 5 points à discuter avec vos patients qui sont intéressés à faire des changements nutritionnels. À noter que ces changements sont pertinents pour tous les membres de la famille, pas seulement pour la personne atteinte de fibromyalgie.

1. Diminuer sa consommation de sucre, et d’édulcorants

La diminution du sucre consommé quotidiennement est la première étape à entreprendre avec des effets importants sur la santé. En effet, la consommation de sucre est associée avec un risque augmenté d’obésité et de diabète. C’est pour cette raison que l’Organisation mondiale de la Santé recommande qu’un maximum de 5 à 10 % de l’énergie totale consommée dans une journée provienne des sucres libres. Remplacer le sucre par un sucre-alcool (par exemple prendre des boissons gazeuses diètes) n’est par contre pas la solution. De plus en plus d’études s’entendent pour dire que les édulcorants ont eux aussi des effets néfastes sur le microbiome, l’obésité, etc.

La solution est plutôt de diminuer la quantité de sucre et d’édulcorants consommés tous les jours. On peut, par exemple, choisir des yogourts natures et les sucrer avec une petite quantité de sirop d’érable ou de la compote de fruits, diminuer d’un quart la quantité de sucre dans une recette et remplacer les boissons gazeuses par de l’eau pétillante ou infusée avec des fruits, des concombres ou de la menthe.

2. Diminuer sa consommation de produits transformés

Au Canada, près de la moitié des aliments consommés dans la journée sont des aliments ultra-transformés. Or, la consommation de produits ultra-transformés est associée à une qualité nutritionnelle réduite et une augmentation des risques de diabète et de maladies cardiovasculaires.

La meilleure façon de réduire sa consommation de produits transformés est de cuisiner à la maison avec des ingrédients frais et de saison et de manger en famille. Si l’énergie manque parfois pour cuisiner, on peut suggérer de faire de plus grandes quantités de nourriture et d’en congeler des portions individuelles pour les journées plus difficiles.

3. Ne pas consommer trop de caféine

Les patients atteints de FM peuvent être tentés de prendre un, deux et puis trois cafés lorsqu’ils se sentent fatigués… ce n’est par contre pas une bonne idée puisque la fatigue les rattrapera plus tôt que tard. On suggère plutôt d’aller faire un tour dehors ou faire quelques minutes d’exercice. La quantité de caféine journalière maximale est la même que pour la population générale, soit de 400 mg, l’équivalent de 3 tasses de café.

4. Ne pas restreindre son alimentation sans raison

Vos patients atteints de la FM peuvent être tentés de suivre une diète restrictive pour essayer de réduire leurs symptômes. À noter qu’il n’y a aucune donnée probante qui permet de soutenir un type de diète particulier pour la FM. Si un patient adhère à une diète restrictive, un suivi avec nutritionniste est fortement recommandé. 

La fibromyalgie est souvent associée à des carences en vitamines et minéraux. Par contre, il n’y a pas lieu de prendre des vitamines, minéraux ou autres suppléments de manière préventive. Une alimentation équilibrée, sans restrictions inutiles, devrait suffire à répondre aux besoins en vitamines et minéraux.

Certains patients atteints de la FM sont aussi atteints du syndrome de l’intestin irritable ou ont des symptômes digestifs fonctionnels. Dans ces cas, une alimentation faible en FODMAP peut être recommandée afin d’aider à contrôler ces symptômes.

5. Mettre de la couleur dans son assiette

Il n’y a pas de données probantes voulant qu’une alimentation variée, colorée, riche en légumes et fruits, en grains entiers, en bons gras et en protéines végétales permette de réduire les symptômes de la FM. Par contre, on sait que ces habitudes permettent de réduire les risques de maladies cardiovasculaires, de diabète et de certains cancers.

À noter aussi qu’aucun supplément n’est recommandé pour la gestion des symptômes de la FM, que ce soit les oméga-3, le D-ribose, la chlorella ou les anthocyanidines.

Combinée avec ces changements, on peut conseiller la pratique d’activités physiques comme la nage, la marche rapide ou le yoga. Avoir un poids santé ou du moins travailler à atteindre un poids santé devrait aussi être un objectif. En effet, la littérature démontre qu’une perte de poids, si nécessaire, peut aider à améliorer les symptômes de douleurs et de dépression ainsi qu’améliorer la qualité de vie.

                                             ________________________________________________

Médecins francophones du Canada et SOSCuisine.com ont développé un outil pour vous permettre d’aider efficacement vos patients à mieux s’alimenter. Pour en savoir plus sur le formulaire de prescription alimentaire,cliquez ici.

RÉFÉRENCES
Macfarlane GJ, Kronisch C, Dean LE, et al. (4 juillet 2016). EULAR revised recommendations for the management of fibromyalgia. Annals of the Rheumatic Diseases. doi : 10.1136/annrheumdis-2016-209724
Hauser, W et Fitzcharles, M. (mars 2018). Facts and myths pertaining to fibromyalgia. Dialogues in clinical neuroscience. 20 (1): 53–62.
Moubarac, JC. (décembre 2017). Ultra-processed foods in Canada: consumption, impact on diet quality and policy implications
PEN nutrition. (novembre 2017). Musculoskeletal/Connective Tissue Disorders—Fibromyalgia: Practice Guidance Toolkit
WHO. (2015). Guideline: Sugars intake for adults and children