Recherche

Médecin et auteur

La grande traversée du bien-être

Par Claudine Auger

Dr Fernand Arseneau
 
 

D’objectifs en médailles
Médecin de famille au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont de Moncton, au Nouveau-Brunswick, et membre de l’Académie canadienne de médecine du sport et de l’exercice, le Dr Fernand Arseneau carbure à l’activité physique et aux défis. Pendant longtemps largement engagé auprès des athlètes en tant que médecin lors de divers jeux sportifs, notamment comme médecin de l’équipe médicale canadienne pour les Jeux olympiques d’Athènes et comme bénévole dans une des deux cliniques des Jeux olympiques de Vancouver, le Dr Arseneau ne couvre plus d’événements sportifs, mais canalise actuellement l’essentiel de son inépuisable énergie sur sa propre carrière d’athlète. Du ski de fond à la course, en passant par le vélo et le trekking, cet athlète de haut niveau a parcouru des kilomètres de sentier un peu partout sur la planète ! En 2003, il obtenait le diplôme officiel de Maître mondial en ski de fond de la Worldloppet International Ski Federation pour avoir complété dix courses de ski de fond à travers le monde. En 2010, après avoir complété une 15e course internationale en Australie, il devient le 106e au monde à obtenir le titre de Global worldloppet skier. L’hiver dernier, lors du Championnat canadien de ski de fond des maîtres, il est monté quatre fois sur le podium : une médaille d’or et trois d’argent.

Ambitieux, compétitif et surtout, amoureux de l’activité physique, Fernand Arseneau a toujours des rêves en réserve. L’an dernier, il a entrepris le chemin de Compostelle, une aventure qui le titillait depuis longtemps. « J’ai marché 200 kilomètres. J’y retourne de nouveau en août prochain. Un bout de chemin à la fois », explique-t-il. Parallèlement, il a entrepris la traversée du Canada en vélo, là encore, pragmatique, en sectionnant l’expédition en plusieurs étapes. « L’an dernier, j’ai pédalé de Victoria à Winnipeg. En juin dernier, il enfourchait de nouveau son vélo à Winnipeg, espérant ajouter 2600 kilomètres de plus à son carnet de voyage et entraînant, cette fois, sa copine dans l’aventure.

La force de l’inspiration
L’enthousiasme de cet athlète passionné étant véritablement contagieux, Fernand Arseneau inspire tant ses proches que ses patients à transformer leurs habitudes de vie. “C’est vrai qu’en étant sportif moi-même, ça rend mon discours crédible. Plusieurs de mes patients changent leurs habitudes pour perdre du poids et diminuer les risques de maladies cardiovasculaires. L’exercice, c’est la meilleure des pilules”, s’exclame Dr Arseneau, relatant l’histoire de son comptable qui, dans une démarche difficile de perte de poids, a progressivement intégré l’exercice à son style de vie. “Au début, il s’est mis à la marche, puis au jogging et à la natation. Il a finalement réussi à atteindre son poids santé. Et lorsqu’on se rencontre, on parle toujours de sport”, explique l’adepte des défis sportifs. À le côtoyer et à l’entendre, facile de prendre goût à être plus actif !

À ses patients, le Dr Arseneau donne deux conseils : adopter le sport graduellement et y prendre plaisir. “La plus grande motivation, c’est le plaisir ! L’interaction sociale, par exemple, est un moteur puissant. Moi-même, dans les loppets, ces compétitions de ski amicales ouvertes au public, je fais toujours de belles rencontres, c’est vraiment stimulant”, confie l’athlète, qui recommande vigoureusement les clubs de marche. “Ici, à Dieppe, c’est vraiment populaire. Et l’hiver, les participants marchent… au centre d’achat ou à l’aréna. Le froid n’est pas une excuse !”

Devant le fléau d’obésité, Dr Arseneau demeure optimiste. “C’est difficile d’imaginer pire”, assure-t-il, convaincu que le tableau ne peut que s’améliorer. “Il y a beaucoup de gestes qui sont posés, de la part de tous les joueurs, pour améliorer le transport actif, l’accessibilité des pistes cyclables, et même les menus des cafétérias dans les écoles.” Quant à lui, le Dr Arseneau encourage avec dynamisme et patience les habitudes valorisant le bien-être. “Je base mon approche du changement selon les stades de Prochaska, où il s’agit d’enclencher une chaîne de mouvement, en guidant le patient d’un stade à l’autre, comme autant de succès. Et toujours, toujours, y associer le plaisir !