Recherche

Médecin et auteur

La double vie de Dre Isabelle Chapados

Par Claudine Auger

Dre Isabelle Chapados

On le sait : les médecins ont un horaire bien rempli. Qu’est-ce qui pousse certains d’entre eux à se livrer à une seconde passion, celle de l’écriture, et à dégager le temps pour s’y consacrer… et publier ? Dre Isabelle Chapados nous raconte ce tour de force captivant.

Rêve d’enfant

Enfant, la petite Isabelle avait des rêves d’artiste : écrire, dessiner. « Je n’ai jamais suivi de cours, j’aime apprendre par moi-même, en pratiquant et en explorant. Je suis une autodidacte », confie la pédiatre d’Edmonton, qui raconte avoir choisi la médecine « parce que ça, je ne pouvais pas l’apprendre seule ! » Mais tout en étudiant, elle a continué à rêver d’écrire et de dessiner. « Toutefois, pour concrétiser le rêve, il fallait un bon filon », poursuit la pédiatre aux longs cheveux tressés qui lui donne l’aura d’une bonne fée. Une amie, d’ailleurs, se plaisait à exploiter le personnage auprès de ses enfants, précédant ses consignes de manière astucieuse par : « Dre Chapados a dit que… » Une bonne manière d’appuyer son autorité et qui a donné à la principale intéressée l’idée d’écrire des livres en mettant en scène cette Dre Chapados. Allant jusqu’au bout de ses rêves, l’auteure illustre elle-même ses récits de son art naïf hyperréaliste foisonnant de détails. « Mon univers est celui de l’enfance et je peins depuis des années. C’est une “peinture pédiatrique” que j’expose dans mon bureau », dévoile l’artiste en ajoutant que dans son horaire, les lundis sont consacrés à son travail de création.

Ses livres, publiés à compte d’auteur et vendus à son bureau, à la pharmacie du coin et à l’hôpital où elle pratique — ou via Etsy, vise un jeune public de 3 à 10 ans. « C’est une lecture souvent humoristique d’une dizaine de minutes qui favorise la communication, qui suscite la discussion. Devant des images débordantes, les enfants s’interrogent, ouvrant la porte aux échanges. » Plus encore, ajoute en riant l’auteure, certains de ses petits patients utilisent ce qu’ils ont appris pour rappeler leurs parents à l’ordre !

La «philosophie de l’élevage»

Son premier livre prône les saines habitudes de vie : bien dormir, jouer dehors, prendre des repas en famille. « Je n’invente rien, mais je réalise, dans mon bureau, à quel point c’est important de redire ces principes de base. Redonner aux repas en famille leur priorité, car ils participent foncièrement à la socialisation. Jouer dehors sans rien et se découvrir inventif ! Avoir des temps libres, sans être continuellement organisés… c’est essentiel au développement. C’est encore très fort chez les parents cette crainte que leurs enfants ne soient pas assez stimulés. Laissons aux enfants des lieux où ils n’ont pas à se surpasser », dit sagement Dre Chapados, soulignant notamment l’omniprésence néfaste de toutes ces machines électroniques qui tue l’imaginaire.

Soucieuse de revaloriser une philosophie de l’éducation, qu’elle nomme avec humour « philosophie de “l’élevage” », l’auteure et pédiatre se désole du grand mal du « parentage » : « Il n’y a plus de règles. Et pourtant, les enfants aiment les règles, elles répondent à un besoin de sécurité. Aujourd’hui, tout est rapide, nous sommes habitués à tout obtenir d’un seul clic, diminuant d’autant notre tolérance à la frustration. Éduquons nos enfants pour qu’ils soient capables de se faire dire non sans s’écrouler. » Les histoires de la Dre Chapados expriment le prolongement de sa pratique, et leur humour, la distance qu’elles créent grâce au personnage, donne de la force au discours. « Nous, médecins, ne sommes pas formés à prendre le temps, à écouter, notre système ne le permet pas — et c’est d’ailleurs ce qui fait le succès des médecines douces. Quand j’écris, j’espère offrir une manière de prendre le temps, une occasion d’attendre le bon moment pour dire certaines choses. »

Pour découvrir les œuvres de Dre Isabelle Chapados, visitez la boutique FelixInvertebris sur www.etsy.ca