Recherche

Portrait

Dres Suzanne et Madeleine Gagnon

Deux sœurs ayant choisi la même spécialité suivent depuis les débuts de leur carrière un chemin partagé : les docteures Suzanne et Madeleine Gagnon, dermatologues spécialisées en esthétique, pratiquent en cabinet privé à Laval.

Depuis peu, elles reviennent à Médecins francophones du Canada. Elles expliquent avoir été membres depuis fort longtemps et, il y a quelques années, avoir choisi de souscrire uniquement aux associations liées à leur spécialité. Mais la vie nous interpelle parfois de manière cocasse. Il y a quelque temps, Suzanne, ouvrant un courriel de Médecins francophones du Canada – elle ne connaissait pas le nouveau nom et le nouveau tournant pris par l’association, y trouve la photo de son cousin – membre actif – et lit son profil avec intérêt. Les deux sœurs, qui comprennent alors le tournant de l’association, font un retour enthousiaste. « L’intuition est importante, pour nous », confie Madeleine, « et nous sommes redevenues membres sur un élan du cœur! »

Guidé par l’émotion, leur choix de redevenir membres de Médecins francophones du Canada est toutefois ancré dans une reconnaissance de valeurs communes. « Il y a évidemment la langue française, qui pour nous, Beauceronnes d’origine, est un lien identitaire fort. Mais surtout, j’ai découvert avec intérêt certains services, dont celui du Programme d’aide aux médecins, que soutient l’association. Je crois qu’il est important qu’on s’occupe activement de ce genre de problématiques », explique Suzanne. Sensible au stress que vivent les professionnels de la santé, sa sœur confie son désir de réaliser un ouvrage où ses dessins se combineraient aux mots afin d’ouvrir à l’autre sa réflexion sur la vie.

Les sœurs Gagnon se sont tout naturellement dirigées en médecine par goût de l’humain. « Je me souviens, dès le début de ma carrière, je prenais le temps qu’il fallait avec un patient souffrant d’acné. Je suis très sensible à l’impact psychologique de l’apparence sur l’estime de soi », souligne Madeleine, qui se rappelle que lors de réunions entre collègues, au début des années 1970, son discours avait peu d’impact. C’est pourtant aujourd’hui prouvé et reconnu : « encore récemment, je consultais une étude sur l’impact du psoriasis sur l’estime de soi », confirme Suzanne. Les deux sœurs ont suivi leurs convictions, utilisant des outils qui ont grandement évolué pour aider leurs patients à être bien dans leur peau : « Quel bonheur de voir des patients relever la tête, reprendre confiance en eux! », ajoute Suzanne. « L’esthétique, pour nous, c’est une véritable passion! », expriment-elles à l’unisson.

Suzanne et Madeleine Gagnon ont exploré de nombreux volets de la dermatologie au fil de leur carrière, de la consultation en région à leur implication au sein de l’hôpital Cité de la Santé de Laval. Dans les années 1980, l’arrivée des injections de collagène pique leur curiosité et elles pratiquent leurs premières injections de remplissage avec le collagène en 1982. Deux ans plus tard, elles mettent sur pied la première clinique de traitement Laser en milieu hospitalier francophone, intégrant cette technologie pour traiter, entre autres, la couperose (rosacée), les taches brunes et le photo vieillissement. Elles élargissent leur champ de compétence au fil des avancées technologiques. Une décennie plus tard, elles s’initient à l’usage du Botox à des fins esthétiques. Aujourd’hui, elles se consacrent à la pratique en cabinet privé. « Nous sommes convaincues de l’importance de la relation entre le corps et l’esprit. Face à une longévité accrue, il importe de conserver un équilibre entre l’image que l’on projette et la sérénité intérieure acquise au fil des ans », concluent les Dres Gagnon.