Recherche

Portrait

Dre Marie-Andrée Champagne

Janvier 2014

À l’aube de ses 68 ans, Marie-Andrée Champagne demeure médecin par passion. « Je suis médecin, je serai médecin jusqu’à mon dernier souffle! » Pour elle, aucune envie de prendre sa retraite. « J’ai tellement le goût de vivre et j’ai besoin de le partager avec mes patients, de le communiquer à ceux qui ne le ressentent pas! J’ai tant besoin d’être avec les gens, je me sentirais inutile si je prenais ma retraite! » Pourtant, en dehors de la médecine, cette femme dynamique déborde de projets et ne risque pas l’ennui. Musicienne accomplie, Dre Champagne a publié plusieurs livres*, entre autres sur son sujet de prédilection, les hormones. Son succès l’a mené à travers la province en tant que conférencière. Convaincue que le bonheur est aussi une question d’hormones, et non seulement lié à l’attitude ou la volonté, l’auteure travaille à un nouvel ouvrage sur le sujet : « Je rencontre tant de patientes qui arrivent dans mon bureau dépassées, qui ne se comprennent plus, et à qui on veut donner des antidépresseurs. Pourtant, elles savent qu’elles ne sont pas déprimées! Elles ont besoin d’hormones », clame cette omnipraticienne, tout en rappelant le rôle de la testostérone dans le désir de vivre.

Membre de Médecins francophones du Canada, Dre Champagne qualifie l’association « d’humaine, d’accessible et d’impliquée dans son milieu », autant de raisons d’y adhérer. « Le congrès annuel de l'association, entre autres, me donne l’occasion de m’instruire grâce à des activités variées et de grande qualité. C’est un événement extraordinaire qui me permet un regard global sur la pratique : comprendre la santé comme un tout ! Et j’y rencontre nombre de mes confrères retraités », ajoute-t-elle avec un sourire.

Avant d’installer sa pratique à Saint-Gabriel-de-Brandon et Joliette, Dre Champagne a sillonné le Québec, entre Tadoussac, l’Abitibi et Montréal. « Je pratiquais depuis déjà quelques années en région, et j’avais abandonné l’idée d’une spécialité, lorsqu’une consœur m’a téléphoné pour m’informer d’une possibilité de pratique en phlébologie. Mon côté technique a été interpellé, et je suis allée faire une formation. » Diminuant sa pratique générale, Dre Champagne a toutefois continué à se consacrer largement à la gynécologie. « Mais j’ai dû, finalement, renoncer à faire des accouchements, un grand deuil pour moi », se rappelle-t-elle. En effet, le temps lui manquait, et lui imposait des choix : « Pendant un bon moment, j’ai eu trois bureaux : un à Montréal, un à Joliette et un en Abitibi, où je passais une ou deux journées par mois… pendant 10 ans ! » Puis, en 2001, elle décide de sortir du système public : « J’ai fait le saut dans le privé pour me consacrer à des besoins très pointus liés à la ménopause, et plusieurs patients sont venus vers moi à la suite de la publication de mes livres sur le sujet. J’apprécie cette pratique qui me donne la liberté de prendre le temps nécessaire avec les patients qui en ont besoin. » Le dynamisme et l’engagement de Marie-Andrée Champagne ont été soulignés par le prix Médecins de cœur et d’action en 1998.

 

* Dre Marie-Andrée Champagne, auteure de :

- De l’autre côté du rêve, Libre Expression (2004)
- La ménopause ou le remplacement hormonal, Libre Expression (2004)
- L’hormone du désir, Libre Expression (1999)
- Vaincre l’obésité par un équilibre alimentaire et une attitude de vie saine, La Presse (1982)