Recherche

Portrait

Dr Conrad L. Pelletier

Après plusieurs années d’engagement dans de nombreux comités de l’association dont le comité des finances et le conseil général, le Dr Pelletier est devenu trésorier de l’association. En 2008, il a été élu à la vice-présidence et, le 22 octobre 2010, il est entré en fonction en tant que président de Médecins francophones du Canada pour un mandat de 2 ans. En tant que président sortant, le Dr Pelletier a poursuivi son défi qui est d'augmenter l’effectif de l’association.

À son avis, il est essentiel de développer une approche, au-delà des services, et même au-delà de la promotion du français, qui offrira des défis accrocheurs à la relève. Bref, il faut élargir les horizons de Médecins francophones du Canada en développant des créneaux spécifiques d’activités, encore inexploités par la communauté médicale.

Lors de sa présidence, il avait déjà amorcé le développement d’une mission environnementale qui, s’appuyant sur les compétences médicales des membres, favorisera des projets qui auront un impact sur la santé publique et individuelle. À ce créneau, s’ajoutent celui qui a déjà pris forme en 2008 d’une mission médico-sociale où là encore, les aptitudes et expertises des membres contribueront à une implication enrichissante auprès de la communauté, de même que l’implication de l’association pour l’amélioration du bien-être des patients et des médecins.

Montréalais d’origine, spécialiste en chirurgie cardio-vasculaire et thoracique, le Dr Pelletier a pratiqué la chirurgie pendant 28 ans. Au tournant du millénaire, le Dr Pelletier a entamé une seconde carrière à laquelle il s’était préparé. Il se tourne alors  vers la gestion, domaine qui le captive pour la réflexion que nécessitent le développement, le changement et l’anticipation  de l’avenir. Mais surtout, cette seconde route professionnelle lui permet d’explorer les relations interpersonnelles, une dimension fondamentale à ses yeux, qu’il a d’ailleurs toujours prisée : « Chaque personne est unique et à chaque rencontre, il faut savoir s’adapter, s’attarder à l’individu devant soi et chercher à la comprendre.  Cela me plaît beaucoup! »