Recherche

Portrait

Dre Marie-Andrée Savard

Par Claudine Auger

Foncièrement francophone, Marie-Andrée Savard est membre de Médecins francophones du Canada depuis toujours. « Être membre de l’association, c’est une manière de soutenir la francophonie. » Il y a aussi la formation. Si elle avoue n’avoir participé que sporadiquement aux événements de FPC ces dernières années, le récent Congrès annuel de médecine l’a fermement convaincue de récidiver l’an prochain! « Quelle qualité de conférenciers! Et quelles rencontres inspirantes : moi qui m’affiche comme ardente défenseure de la prévention, j’ai apprécié les conférences de Richard Béliveau et de Pierre Lavoie, mais aussi les échanges avec SOS Cuisine et les exercices proposés par le kinésiologue durant les pauses. » Selon cette médecin de famille du Saguenay-Lac-Saint-Jean, les congrès élaborés par l’association se démarquent notamment par une couverture large des sujets et par le fait qu’ils s’adressent tant aux médecins de famille qu’aux spécialistes. Adepte de la prévention, Dre Savard a participé avec enthousiasme au Colloque sur le bien-être des médecins, lors d’une de ses éditions à Eastman. « Toutes ces activités proposées par l’association sont des occasions riches d’échanges, et lors des repas par exemple, les discussions favorisent des débats fort intéressants et permettent de comprendre le point de vue de nos collègues spécialistes. »

Aujourd’hui médecin de famille au CIUSS Saguenay-Lac-Saint-Jean Hôpital Dolbeau, Dre Savard adore sa pratique pour sa variété. Elle y intègre en tout temps son attachement à la prévention, avouant avec humour ne jamais rater une occasion d’un discours sur ses bienfaits à qui veut l’entendre. « Alors que je fais l’exérèse d’un basocellulaire en chirurgie mineure… constatant qu’un patient est fumeur, je lui parlerai volontiers de tabac en tentant de le sensibiliser! Disons que je suis plutôt déterminée », admet l’omnipraticienne. D’ailleurs, elle apprécie grandement sa pratique en CLSC, en chirurgies mineures, en hospitalisation de courte durée et en gériatrie, qui selon elle, lui donnent l’occasion d’aborder les habitudes de vie avec ses patients. « Ce qui m’importe plus que tout, c’est de m’assurer que mes patients restent en santé. J’aborde la prévention sous tous ses angles, mais aussi, je porte beaucoup d’attention à une approche globale. Je me souviens de cette patiente hospitalisée pour une préparation de colonoscopie, j’ai pris le temps de faire un examen complet… qui a conduit à la découverte d’un cancer du sein qui serait peut-être autrement passé inaperçu », explique Dre Savard, admettant toutefois que ses journées exigent de longues heures et rendent parfois difficile la conciliation travail-famille, surtout en tant que maman de jeunes enfants. « Heureusement, j’ai un mari exceptionnel qui s’occupe de la maisonnée! »

Marie-Andrée Savard se souvient d’avoir été impressionnée par un comptable venu à la maison avec son ordinateur lorsqu’elle était enfant: « C’était tellement techno, à l’époque, alors j’avais décidé d’opter pour cette profession! » Plus tard, étudiante, elle a offert du soutien dans un centre d’aide en français : « Ce contact un à un avec mes « étudiants » m’a permis de constater mes compétences pour la vulgarisation des connaissances que j’applique aujourd’hui à la santé de mes patients. J’ai compris que j’appréciais beaucoup plus la compagnie des humains que celle des ordinateurs et des chiffres », conclut-elle en riant, se souvenant de son désir de trouver une voie pour entrer en contact avec les gens et une possibilité de faire du bien autour d’elle. Devant cette femme disponible, consciencieuse et persévérante, les patients de Dre Savard sont entre bonnes mains. « Je désire être le médecin que j’aimerais moi-même consulter. »