Recherche

Portrait

Dre Anne Surprenant

Par Claudine Auger

Bien qu’elle assiste régulièrement aux Congrès annuels de médecine de Médecins francophones du Canada, Anne Surprenant n’est devenue membre que depuis deux ans. « Un collègue me suggérait depuis longtemps de devenir membre… Ce sont les nombreuses formations qui m’ont convaincue, j’en profite pleinement, en plus de bénéficier de services comme SOSCuisine. Pour bien prendre soin des autres, il faut d’abord bien prendre soin de soi », croit Dre Surprenant. Il semble que l’association l’ait bien compris, en offrant aux médecins de multiples occasions d’intégrer le bien-être dans leur vie, conclut cette nouvelle membre. « J’ai décidé de participer à davantage de formations, dont l’événement d’Eastman où j’ai assisté à la conférence du Dr Robert Béliveau, un homme tellement inspirant… il est un baume pour ceux qui le rencontrent ! » Bref, pour Dre Surprenant, les formations diversifiées et de qualité de Médecins francophones du Canada devraient convaincre les médecins par passion de s’y associer. « Quant au volet francophone, c’est un plus à tout le reste », conclut la nouvelle membre.

Modèle de persévérance et de détermination, Anne Surprenant est une jeune médecin de famille de 52 ans… qui a terminé son cours de médecine à 36 ans, après neuf demandes avant son admission à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. « Mes notes étaient toujours à la limite, mais je ne voulais pas aller dans une branche connexe. À chaque refus, il me manquait si peu… Lorsque j’ai déposé ma neuvième demande, je venais d’accoucher de ma cadette, je me disais que c’était ma dernière chance. Durant l’entrevue, on m’a demandé pourquoi on me prendrait à mon âge avec de jeunes enfants… je me suis fâchée, parce que si j’avais été un homme, on aurait considéré ma situation comme une preuve de maturité », se souvient Dre Surprenant. Durant toutes ces années d’espoir, Anne Surprenant a étudié en marketing, obtenu une maîtrise et augmenté sa moyenne tout en explorant avec succès l’entrepreneuriat en participant à la création d’un jeu encore sur le marché aujourd’hui.

Dre Surprenant amorce sa pratique entre Laval, au Centre Samson, en prise en charge et suivi clinique, à raison de trois semaines par mois, et Sept-Îles, où elle exerce en dépannage une semaine par mois à l’unité d’hospitalisation de soins de courte durée et soins intensifs de l’Hôpital régional : « Comme j’avais la garde de mes enfants trois semaines sur quatre, je n’allais pas me désoler à la maison ! J’ai préféré aller voir du pays en me rendant utile ! » Plus tard, pour s’approcher de ses enfants étudiant à Sherbrooke, elle se joint au CSSS Memphrémagog. Il y a peu, pour sa santé et son bien-être, elle a décidé de quitter le milieu hospitalier afin de se consacrer uniquement au type de travail qu’elle préfère, soit la prise en charge de patients, et fait désormais partie de l’équipe du CLSC de Standstead. Animée par une grande écoute et une empathie indéfectible, Dre Surprenant multiplie les occasions d’engagement, notamment à la suite de la tragédie du Lac Mégantic, d’un projet de zoothérapie avec ses chevaux et de la mise sur pied d’un club de marche hebdomadaire qui débutera au printemps 2016. « Pierre Lavoie m’a beaucoup inspirée lors de sa conférence au Congrès annuel de médecine ! » Comme quoi, les inspirations s’échangent facilement entre passionnés !